Dorsoduro, Ca’Rezzonico et petit tour en vaporetto

Le temps s’est clairement amélioré durant la nuit et le soleil semble vouloir illuminer la Sérénissime ce matin. Nous traversons le Grand Canal par le ponte dell Accademia, un grand pont de bois, pour se balader dans le quartier du Dorsoduro.

Le campo San Barnaba et son mini marché flottant sur le rio San Barnaba :

P1070940 copie P1070938 copie

L’objectif de la matinée est de visiter le Ca’Rezzonico, un palais à l’architecture typique des palais vénitiens des XVIIème et XVIIIème siècles, construit sur le Grand Canal. Dans la cour intérieure, on peut voir une gondole ancienne avec une partie fermée.

Ca' Rezzonico, Venise

Les pièces du Ca’Rezzonico sont un musée riche en tableaux, notamment de Tiepolo, et mobilier récupérés dans divers palais de la ville.
La salle du trône est particulièrement fournie en dorures. On peut aussi voir le sol en granito – un procédé à base d’éclats de marbre, très ancien et particulièrement résistant en milieu humide, qu’on trouve naturellement un peu partout à Venise.

Ca' Rezzonico, Venise Ca' Rezzonico, Venise

Un « beau » lustre en verre de Murano :

Ca' Rezzonico, Venise Ca' Rezzonico, Venise

Côté Grand Canal, le palais a les pieds dans l’eau… Entre sol meuble et activité humaine, c’est sûr, Venise s’enfonce inexorablement.

P1070954 copie

ça ne me viendrait pas à l’idée de me balader en voyage de noce avec ma robe de mariée… Les chinois, eux, ils adorent ça ! On en a vu plusieurs. Ceux-là se prennent en photo en passant devant le Ca’Rezzonico :

IMG_4072_DxOstandard

Les ventres crient famine et on retourne vers le campo San Barnaba pour déjeuner à l’osteria ai Pugni. C’est tout petit et ça ne paie pas de mine mais on y a très bien mangé (il y a juste 4 ou 5 plats du jour au choix ou des sandwiches). En plus, ce n’est vraiment pas cher. On a pris 3 plats de pâtes et un plat de viande, une boisson chacun pour 40€. Une bonne adresse !

On poursuit notre balade en se dirigeant vers la station de vaporetto San Zaccharia afin d’atteindre l’île San Giorgio Maggiore. Cette île marque l’entrée du Grand Canal et se situe juste en face du palais des Doges. Comme son église est dotée d’un campanile, ça laisse présager un beau point de vue… Mais avant, on ne peut pas faire autrement que s’arrêter pour une petite photo du pont des soupirs.

IMG_4082_DxOstandard

On parlera du pont des soupirs plus tard, pour l’instant on met le cap sur San Giorgio Maggiore, son église, son campanile, sa vue sur Venise…

San Giorgio Maggiore, Venise

La vue sur Venise et le palais des Doges depuis le parvis de l’église :

San Giorgio Maggiore, Venise

San Giorgio Maggiore, Venise

Et depuis le campanile :

P1070979 copie

San Giorgio Maggiore, VeniseSur cette dernière photo, on distingue bien les nombreuses cheminées de l’immense zone industrielle qui sert de toile de fond à la sublime Venise ! Quelle idée d’avoir construit ces usines de chimie et pétrochimie si près d’un tel joyau !!! Que ce soit moche n’est pas réellement le problème ; le vrai problème c’est la pollution.

IMG_4109_DxOstandard

Bref, revenons à notre balade.

On reprend le vaporetto à San Giorgio Maggiore et c’est parti pour un tour de Venise. On longe l’île de la Giudecca (c’est là que dort George Clooney quand il vient pour la Mostra de Venise !), quelques jolies demeures avec les cheminées typiques de Venise, puis on emprunte le Grand Canal.

P1070989 copie

P1070991 copie

P1080101 copie

Il ne fait pas chaud sur le pont du vaporetto !!

IMG_4131_DxOstandard IMG_4148_DxOstandard

On descend à l’arrêt Rialto pour aller faire quelques courses avant de regagner notre appartement pour l’apéro.

La basilique San Marco et le Castello

Le temps est morose ce matin. Pas de soleil à l’horizon… Direction la Basilique San Marco, dont nous avons hâte de découvrir les coupoles, mosaïques dorées et autres splendeurs comme les fameux chevaux qui surplombent le portail. Ces chevaux ont vu du pays car ils ont été piqués par les Vénitiens à Constantinople au XIIIème siècle pour être placés sur la basilique San Marco, puis Napoléon Bonaparte les a piqués à son tour au XVIIIème pour les promener à Paris ! Ils ont finalement été rendus aux vénitiens par les autrichiens. Aujourd’hui, ces chevaux sont conservés à l’intérieur de la basilique ; ceux qui ornent la façade sont des copies. Depuis le balcon où ils ont pris place, on a une belle vue sur la place San Marco et son agitation quotidienne. On peut, par exemple, observer le jeu du chat et de la souris entre les policiers municipaux et les vendeurs clandestins de graines pour pigeons (et perches à selfies) ! Il est en effet interdit de nourrir les pigeons à Venise (je parle bien des volatiles, pas des acheteurs de perches à selfies !).

San Marco, VeniseLa photo ci-dessus a été prise plus tard, une fois le soleil de retour.

P1070885 copie

La vue, en direction du Grand Canal, depuis le haut de la Basilique sur la piazetta San Marco est superbe… même sous les nuages !

Venise place san marco

Lorsque l’on regagne l’intérieur de la basilique par la loggia, les mosaïques ne sont pas encore éclairées. Mais dès que le préposé à l’interrupteur daigne actionner le bouton magique, le spectacle est de toute beauté, étincelant ! Son surnom de Basilique d’or n’est pas usurpé. Par contre, faut pas se louper car ce n’est éclairé, en semaine, qu’une heure par jour à partir de 11h30 (à peu près, hein !). Je crois que le week-end c’est toute la journée mais il y a aussi plus de monde.

P1070884 copie copie P1070899 copie

Il faut savoir que l’entrée de la Basilique est gratuite mais que tous les petits « plus » sont payants (trésor, accès à la loggia, pala d’oro) et qu’il faut déposer avant les sacs à dos à la consigne qui se situe à 50 mètres dans une petite rue. Laurent n’a pas voulu m’écouter et a tenté d’entrer avec son sac à dos. Résultat, il s’est fait refouler !

Après un petit tour dans le quartier, nous avons dégusté de très bonnes pizzas à la Trattoria all’Antica Sacrestia, un resto bien caché dans une mini ruelle, à l’écart de la foule du quartier San Marco. Durant le déjeuner, une pluie fine a fait son apparition. C’est sous un ciel bas et une atmosphère humide que nous avons sillonné les ruelles et ponts du quartier du Castello, s’arrêtant dans les églises pour se mettre à l’abri, découvrir encore des oeuvres parfaitement réalisées, des cloîtres et même brûler un cierge ! C’est Léo qui a voulu allumer un cierge dans l’église San Francesco della vigna pour souhaiter longue vie et santé à toute la famille.

Le cloître de San Francesco della vigna :

P1070909 copie

C’est aussi dans ce quartier du Castello que se situe l’Arsenal de la République Sérénissime, témoin de la puissance maritime de l’empire vénitien et toujours en activité.

P1070924 copie

Venise arsenal

Une visite de la petite église de San Giorgio dei Greci s’impose. L’intérieur est richement décoré (photos interdites donc vous n’en verrez pas !) et son campanile, comme tant d’autres penche.

Venise

Arrêt dans un atelier de fabrication de masques vénitiens :

image

image

Après cette longue marche dans le Castello, nous rejoignons notre quartier de résidence et le Bar Torino sur le Campo San Luca, où nous boirons presque chaque fin d’après-midi un bon chocolat chaud bien épais comme savent si bien le faire les italiens.

De retour à l’appartement, Laurent voit sur son téléphone que la station météo connectée qui est à la maison (la classe, hein !) indique une forte baisse de température à l’intérieur. Pas normal… La chute soudaine du mercure n’a probablement pas plu à la pompe à chaleur et il fait à peine 14° dans la maison… appel d’urgence aux parents pour aller résoudre le problème et qu’on ne se gèle pas en rentrant vendredi soir !

Rialto et San Polo

Ce matin, nous embarquons à Orly à 7h10 pour Venise. Le vol est très rapide et nous propulse, après un magnifique passage au-dessus des Alpes dont les sommets émergent des nuages, dans l’ambiance bruyante et gesticulante de l’Italie.

image

L’aéroport Marco Polo étant assez loin du centre historique de Venise, j’ai réservé hier sur internet le transfert en bateau-taxi (compagnie Alilaguna) ; ce n’est pas beaucoup plus cher que la combinaison bus + vaporetto et plus direct donc plus pratique. Et puis autant se faire plaisir et profiter du trajet de ce bateau-taxi pour faire un premier tour sur le Grand Canal au petit matin.

P1070877 copie P1070863 copie

venise

Le seul truc regrettable, ce sont les arrêts du vaporetto. Ces espèces de cabanes en tôle peintes en jaune dénotent dans le paysage. Ils auraient pu imaginer quelque chose de plus harmonieux !

P1080007 copie

Notre taxi flottant nous dépose à l’arrêt Sant’Angelo et, 5 minutes plus tard, vers 10h30, nous déposons nos bagages à l’appartement. Même si nous voyageons léger, se délester de nos bagages est un soulagement car monter et descendre les ponts de Venise avec sacs et valises, c’est vite lassant, car mine de rien, il y a 400 ponts juste dans le centre historique !

Nous prenons la direction du ponte Rialto pour franchir le Grand Canal et visiter le quartier San Polo. De l’autre côté du pont (en travaux et partiellement bâché !), le marché du Rialto regorge de fruits et légumes. J’adore ce coin-là avec ses arcades, vieilles échoppes et placettes.

Rialto Venise

P1070858 copie

P1070859 copie

Venise

Venise

On poursuit jusqu’au joli Campo dall’Orio et déjeunons dans un petit resto de quartier fréquenté essentiellement par des ouvriers, « Al Ponte del Megio ». Nous prenons l’une des spécialités maison, des pâtes aux langoustines, et ça fait du bien de manger car le petit-déj est loin !

En début d’après-midi, on regagne le quartier San Marco en passant par le Dorsoduro et le ponte dell’Accademia d’où le point de vue sur le Grand Canal et la Pointe de la Douane (punta della dogana) sont superbes. On ne s’attarde pas car on repassera par là d’autres fois et nous devons faire le check-in à l’appartement vers 15h.

Le campanile de l’église San Stefano, qui se trouve à quelques mètres seulement de notre appartement, a comme un air penché… et encore, la déformation de l’objectif le rend presque droit par-rapport à la réalité. Et ce n’est pas le seul dans ce cas. On s’est fait une petite collection de photos de campaniles qui se la jouent Tour de Pise !

P1080199 copie copie

Comme j’ai très peu dormi la nuit dernière et que nous nous sommes tous levés très tôt, on fait une longue pause à l’appartement (j’ai dû faire une sieste de près de 2 heures !). En fin de journée, on retourne donc juste au petit supermarché repéré un peu plus tôt pour acheter de quoi se préparer un apéro dînatoire et les petits-déjeuners.