Let’s go to Miami

Vœux pour ce début d’année 2018 :
1. Fuir la grisaille de l’hiver
2. Prendre du bon temps en Floride

A 15 jours du départ, le shutdown nous a fait craindre le pire (comme en 2013 avant de partir pour l’ouest américain) : attente à la police des frontières, fermeture de parcs nationaux, etc. Égoïstement, le compromis trouvé entre les Démocrates et les Républicains nous arrange bien ! A un détail près : à cause du shutdown, le lancement de la méga fusée de SpaceX a été reporté et tombe le jour où nous étions censés visiter les installations de la NASA à Cape Canaveral…

Vendredi 2 février : je quitte le bureau presque en courant, le sourire jusqu’aux oreilles en disant au revoir aux collègues. Ça y est, c’est les vacances ! Je récupère Léo devant le lycée et, à peine arrivés à la maison, nous partons tous les quatre pour Paris. Juste un petit couac de rien du tout : on se pointe à la réception après avoir sorti toutes les valises de la voiture pour s’entendre dire par le réceptionniste qu’il n’a pas de chambre réservée à notre nom… Laurent n’a pas réservé au même Novotel que d’habitude ! On recharge la voiture et trouvons le bon Novotel, 200 mètres plus loin.

Samedi 3 février : à 10h30 nous sommes à l’aéroport de Roissy. L’attente, l’embarquement, le vol, les films, la sieste, l’arrivée, les bagages (pas moins de 50 minutes pour récupérer nos valises !), la récupération de la voiture de loc chez Hertz… Tout s’enchaîne et moins de 2 heures après avoir atterri nous partons sur les routes de Miami dans notre Chevrolet Equinoxe. A l’arrivée, la chaleur (22° à 19h30) nous fait un bien fou après les semaines de pluie en France qui commençaient à nous miner le moral.


l’arrivée à Miami Beach

L’hôtel St. Augustine est super bien situé, à 5 minutes à pied de la plage, de Lummus park et d’Ocean Drive. Notre corps nous dit d’aller nous coucher mais, attirés par les lumières de South Beach comme des moustiques dans la lumière des phares, nous n’avons qu’une envie : faire un tour sur Ocean Drive. On est samedi soir, et c’est là-bas que tout se passe. Un SMS aux mamies pour dire qu’on a survécu à l’avion (j’espère que les téléphones sont éteints car il est 1h du mat’ en France), un coup de déodorant pour faire oublier les heures de voyage, et hop, on va se mêler aux fêtards du samedi soir. Là, les paroles de la chanson « Miami » font écho à ce que nous voyons.

Party in the city where the heat is on
All night, on the beach till the break of dawn
Welcome to Miami
Bienvenidos a Miami
(chanson de Will Smith… Eh oui, j’ai des références moi en musique !)

C’est la fête partout, ça brille. Nous sommes ébahis par tant de belles voitures, tant de musique, tant de luxe ostentatoire, tant d’étalage de corps body-buildés ou siliconés. Bienvenue à Miami !

Les garçons écarquillent les yeux devant les voitures. Ici, on ne regarde même plus les Mustang et les Corvette tellement il y en a ; ce sont les Lamborghini, les Rolls décapotables et les Mac Laren qui se remarquent. Les mecs sont seuls dans leur voiture et font des allers-retours sur Ocean drive pour frimer. On croise aussi quelques véhicules non identifiés parmi une foule bigarrée : un gars avec un python autour du cou, un autre en rollers avec son chien en sac à dos… c’est fou !

Après un repas rapide dans le fameux 11th street diner, un ancien wagon Pullman, nous allons nous coucher avec une première impression positive de Miami Beach. Certes c’est bling bling mais conforme à ce qu’on s’attendait à voir, et on adore ! Allez, on vous met quelques photos (toutes floues car prises à la volée avec mon téléphone) :

On va se coucher, fourbus mais contents d’être là, à 22h (il est 6h du matin avec le décalage horaire).

Un lac et des icebergs : Iceberg lake

Iceberg lake est l’un des lacs qu’il faut avoir vu quand on se rend à Glacier national park. Et c’est aujourd’hui qu’on relève le défi !

15,8 km en aller-retour et 400 mètres de dénivelé. Voilà ce qui nous attend.

L’avantage, c’est que notre bungalow est situé juste en face du départ de la randonnée. C’est toujours ça de gagné. On part vers 9h30 d’un bon pas mais on est vite calmé par le début un peu raide. Ça s’arrange par la suite puisque le chemin monte progressivement à flanc de montagne, parmi les fleurs.

P1060447Après environ 1h15, on arrive à un ruisseau qui marque plus ou moins le milieu de la randonnée. L’endroit est bucolique et la plupart des randonneurs font une pause ici, en compagnie des écureuils.

Iceberg lakeOn reprend et on arrive au lac bout de 2h30 de marche. Pas mal pour des amateurs !
C’est au bord du lac que nous pique-niquons, en admirant le paysage qui se voile de plus en plus de nuages. Le temps change vite dans les Rocheuses.

iceberg lake

P1060419iceberg lakeQuelques courageux (inconscients ?) tentent une baignade dans l’eau glacée. Généralement ça ne dure que quelques secondes ! Nous, les glaçons on les préfère dans l’apéro que dans notre bain alors on ne trempe que les mains !

P1060425Le retour se fait encore d’un bon pas… du moins au début. Le dernier quart de la rando se fait dans la douleur : mal aux pieds, mal aux jambes, la fatigue générale se fait sentir. Et c’est là qu’arrivent les accidents ! Ma cheville, fragilisée par une entorse il y a 1 mois 1/2, n’a pas résisté à la torsion due à une butte de terre sur le sentier. Et crac ! une nouvelle entorse ! J’arrive à marcher malgré tout mais la cheville est enflée et un hématome est en train d’apparaître. Autant vous dire que le dernier kilomètre a été difficile. Mais ce n’est pas une entorse qui va nous gâcher les vacances !

En arrivant vers 15h30 au bungalow, tout le monde s’est écroulé sur son lit pour un repos bien mérité. Quelques parties de Uno plus tard, nous sommes allés nous requinquer autour d’une énorme et excellente pizza bien croustillante au resto du Swift Current Motor Inn.

Direction les USA : Glacier National Park

Entre le décalage horaire et l’heure à laquelle nous nous sommes couchés hier soir, tout le monde est réveillé à 3 heures du matin ! On traine au lit jusqu’à 5h30 et à 7h on quitte notre Motel 6 de Claresholm et on se met en route.

A peine arrivés au Canada, nous mettons le cap vers les USA et le parc national de Glacier. En route, nous nous arrêtons faire quelques courses à Cardston, en évitant les fruits, les légumes et la viande qui nous seraient potentiellement retirés à la frontière par les douaniers américains (pourvu qu’on ne nous pique pas notre jambon pour ce midi !!).

Le passage de la frontière n’est pas des plus rapides… Une chose est sûre : les douaniers du poste frontière où nous sommes passés ne risquent pas l’ulcère ni le burn-out. 1 heure pour nous donner 4 fiches, qu’on les remplisse et que le douanier saisisse les données dans son logiciel dont il avait oublié le code d’accès !!! Certes, c’est aussi un peu de notre faute puisque Laurent s’est trompé de case 2 fois et moi 1 fois donc il a fallu recommencer ! Mais le principal c’est qu’on a toujours notre jambon pour le pique-nique !

Petite photo traditionnelle à l’entrée du Parc :

P1060307Dans le parc de Glacier, ce sont les travaux qui nous ralentissent. Nous arrivons enfin à 11h30 à Logan Pass. Le parking est complet, on trouve une petite place au bord de la route, puis on démarre la randonnée vers Hidden lake. Au départ on marche sur un chemin en bois, puis… dans la neige ! Ça glisse pas mal et par endroits on s’enfonce mais ça plait beaucoup aux garçons qui s’éclatent.

Hidden lake

P1060321Glacier NP, Hidden lakePas mal de personnes sont en tongs ou sandales. N’importe quoi !!!

P1060349En montant, on croise un mouflon (bighorn sheep) et des chèvres des montagnes (mountain goats) trop mignonnes avec leur fourrure blanche et leurs petites cornes.

Glacier NPchevre, Glacier NPmouflonA l’arrivée au point de vue sur Hidden lake, qui se dévoile au dernier moment, le panorama est plutôt sympa :

Glacier NP, Hidden lakeLorsqu’on croise une famille de mormons, Léo nous fait mourir de rire en disant : c’est quoi ça ? un enterrement de vie de célibataires ??? Sacré Léo 😉

P1060348Après cette rando de 4,3 km qui nous aura pris 2h40 avec les pauses et les glissades dans la neige, on reprend la Going to the sun road pour une autre petite randonnée vers les chutes St. Mary. Le sentier descend en sous bois vers cette belle chute d’eau que nous avons rien que pour nous :

P1060367 P1060368 st mary falls titisEn roulant vers notre hôtel situé à Many Glaciers, nous croisons les premiers ours du voyage. Deux ours bruns dont un se rapproche de la route d’où nous l’observons. Du coup, un ranger tire deux coups en l’air pour le faire fuir.

P1060389Demain, c’est le jour de la grande rando du voyage : 16 km pour se rendre à Iceberg lake. Arriverons-nous à relever le challenge ?

Premier jour au Canada

imageCe matin, nous étions à l’heure et le vol de 11h pour Calgary aussi. Jusque là tout va bien… c’est après que ça s’est corsé !!!

Un embarquement interminable nous a fait prendre du retard et nous avons finalement décollé avec 1/2 heure de retard. Mais ça, ce n’est rien… comparé à ce qu’il s’est passé à l’atterrissage…

On approche de Calgary, on amorce la descente, le train d’atterrissage est sorti, je me cramponne au siège de devant, on touche presque terre, et………. on redécolle !!!!!!!!!!

Regards étonnés, paniqués, amusés, commentaires de plus ou moins bon goût des passagers. Les secondes passent et on se retrouve de nouveau à 2000 m d’altitude. Le pilote nous explique, après quelques minutes, que les conditions d’atterrissage ne lui convenaient pas et qu’il a préféré remettre les gaz. Soit ! Vaut mieux ça qu’une sortie de piste ! Mais ça fait tout drôle quand même !

Arrivés à Calgary, on prend possession de notre Jeep et… on se perd malgré le GPS. Erreur de saisie d’adresse. Puis on passe beaucoup de temps dans les bouchons. Finalement, de Calgary vous ne verrez pas beaucoup de photos car il n’y a rien à voir !

calgary towerArrivés à l’hôtel à Claresholm, après 1h30 de route, nous avons plongé sur les lits. Notre dîner s’est limité à un Mars et du Canada Dry. A l’heure où j’écris (18h41), tout le monde est au lit, les enfants dorment et Laurent ne va pas tarder à tomber lui aussi dans les bras de Morphée. Et moi aussi !

imageDemain, l’aventure commence vraiment…

Les hôtels dans le Montana

West Yellowstone : Evergreen motel
Un motel tout simple en bord de rue (assez passante) à l’entrée ouest de Yellowstone. Il est assez cher de se loger dans cette ville, finalement aussi cher que certaines cabines situées dans le parc. L’avantage c’est le choix dans les restaurants, les supermarchés et l’essence moins chère que dans le parc.
Les chambres sont confortables et propres, c’est le principal ! Pas de petit-déjeuner mais du café est disponible à la réception.
La route entre West Yellowstone et le parc est agréable et permet de voir des animaux.

Many Glacier : Swift Current Motor Inn
Nous voulions être sur place pour démarrer la randonnée vers Iceberg lake et ce motel était tout indiqué. Moins cher que l’hôtel historique situé de l’autre côté du lac et notre chambre était vraiment juste en face du départ de la randonnée. Côté confort, c’est simple mais bien. La literie est parfaite. En revanche, la chambre n’est pas très grande et la salle de bain non plus. Ce qui est appréciable c’est que c’est très calme, puisque la route étant un cul de sac il n’y a pas de passage !
Pour se restaurer, il y a plusieurs solutions : le resto du Swift Current Motor Inn propose d’excellentes pizzas (et autres plats simples genre pâtes et burgers), au Many Glaciers hotel il y a un resto un peu chic et le Swiss Lounge qui sert de bons plats abordables.