Etosha : on peaufine le casting !

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas

Laurent a mal au dos à cause des pistes défoncées, donc aujourd’hui c’est moi qui conduis. Nous partons d’Halali avec nos lunch-packs pour midi, bien décidés à compléter notre casting de stars sauvages. Ben faudra repasser un autre jour pour voir des bêtes ! Il doit y avoir un colloque sur un sujet hyper important auquel tous les animaux d’Etosha ont été conviés… Même les springboks qui se comptent habituellement par centaines ont déserté les plaines !!!

A Homob, Sueda, Salvador, Rietfontein, etc… Y’a presque personne !

Pourtant cet arbre si joli au bord du Pan d’Etosha aurait été tellement plus intéressant avec un lion rugissant en-dessous…

Dans la matinée, on voit juste quelques zèbres et un grand koudou mâle avec ses belles cornes torsadées :

 

On se console en photographiant les écureuils espiègles qui attendent les miettes de notre repas au point d’eau de Moringa qui est occupé par seulement 3 zèbres.

En milieu d’après-midi, on sent une légère amélioration dans notre quête lorsqu’au détour d’un virage, une girafe nous toise de toute sa hauteur au bord de la piste.

Et en effet, juste après un troupeau d’une vingtaine d’éléphant traverse la savane.

En fin de journée, même le plus simple ou le plus moche des animaux (là clairement le gnou peut se sentir visé ! Cet animal n’a pas été gâté par la nature !) paraît beau avec la lumière dorée du soleil qui décline dans le ciel.

L’oryx est l’animal emblématique de la Namibie, il figure sur le blason du pays.

Saviez-vous que le chacal est un animal hyper obéissant et respectueux des règles ?

Comme le point d’eau de Rietfontein nous a gâtés hier soir, on décide d’y retourner. Sur la route, un rhinocéros traverse la piste devant nous. On dirait que les mouches ont changé d’âne et que la chance nous sourit finalement !

Comme nous sommes garés sur le côté avec les warnings, un autre véhicule s’arrête. On leur montre le rhino mais il disparaît déjà dans les herbes hautes. Pas toujours évident d’être au bon endroit au bon moment.

A Rietfontein, il n’y a que des zèbres et des springboks – les pauvres, après 2 jours on ne les calcule même plus – donc on fait demi-tour pour retourner à Halali avant le coucher du soleil (après le portail ferme et il est interdit de circuler dans le parc). Sur le chemin, un autre rhino traverse la piste dans l’autre sens que celui de tout à l’heure ! On peut être sûr que ce n’est pas le même car ce dernier a la corne coupée (mesure anti braconnage pratiquée par les rangers).

Au point d’eau d’Halali, la présence animale est fidèle au thème de la journée : « animaux absents pour cause de…? » Il y a que dalle ! Ah si, deux zèbres. On regarde le soleil se coucher et on va dîner (la photo est faite à l’iPhone, la définition est pourrie mais on voit bien qu’il n’y a rien !).

Laurent et moi retournons au point d’eau après avoir mangé : rien, nada ! Ah si, deux chacals. Et pis c’est tout.

Le désert du Namib c’est par où ? Suivez la dune !

Premiers pas sur la dune.

Nous quittons le Lapa Lange Game Lodge vers 8h15 et mettons le cap à l’ouest, direction le Namib-Naukluft park. Jusqu’à Maltahöhe, nous roulons à bonne vitesse sur une route asphaltée limitée à 120 km/h. Après Maltahöhe, la route devient piste, pas terrible au début puis plus roulante. Nous voyons plein de nids de républicains sociaux sur le bord de la route. Ces petits oiseaux, endémiques du sud de l’Afrique, fabriquent leurs nids en les agglomérant les uns aux autres. Cela fait des nids collectifs énormes qui peuvent faire rompre les branches tant leur poids devient conséquent.

Du côté de Zaris pass, les paysages deviennent intéressants.

Nous bifurquons sur la D845 et après quelques centaines de mètres, nous tombons sur un petit troupeau d’oryx en train de traverser la piste.

Ensuite, la C27 longe les dunes du désert du Namib. Nous touchons au but mais les 40 derniers kilomètres nous semblent très longs car la piste est de la vraie tôle ondulée. On est secoués comme des pruniers ! Après 4 heures de route, nous arrivons enfin à Sesriem où nous pique-niquons.

Le tri sélectif à la mode africaine (avec un nid de républicains sociaux dans l’arbre) :

Nous achetons le permis pour 2 jours et entrons dans le parc pour aller en haut de la dune Elim, la plus proche de l’entrée.
On grimpe, on se remplit les chaussures de sable orange, les garçons cavalent en tête et j’essaie de les suivre ! Pfiou c’est dur de marcher dans le sable mou ! Heureusement, le paysage est souvent prétexte à faire une pause photo qui permet de récupérer un peu de souffle en même temps. Et avec la lumière dorée de fin d’après-midi, c’est somptueux.

Tiens d’ailleurs, un oryx est en route vers le sommet de la dune pour se mettre au frais pour la nuit. Pause photo !

C’est chouette, on voit les hautes dunes situées au fond du parc. Pause photo !

Ah et de l’autre côté on a une belle vue sur les montagnes du Naukluft et la savane. Pause photo !

Je suis obligée de vider mes chaussures à plusieurs reprises car au bout d’un moment, je n’ai plus de place pour mes pieds tellement elles sont remplies de sable !

Après 2 heures de « balade » sur la dune, nous reprenons la route pour rejoindre Weltevrede guestfarm où nous arrivons juste au coucher du soleil. Le dîner est servi à heure fixe ; à 18h30 on nous sert l’entrée, puis nous nous servons au buffet. Ce soir, c’est lasagnes de springbok. Délicieux ! En fin de repas, les serveuses entonnent quelques chansons Namas qui contiennent 4 kliks différents. Vous savez, les kliks comme les Bushmen des Dieux sont tombés sur la tête !

On se couche à 20h30 (pas grand chose d’autre à faire de toute façon !). Demain on se lève avant l’aube pour être à la porte d’entrée du parc qui ouvre au lever du soleil, à 6h45.