Le campanile de San Marco et le palais des Doges

Dernier jour !

On commence la journée en prenant de la hauteur. Direction la place Saint-Marc, sa basilique, son campanile. Très peu de monde à cette heure-ci, on entre dans le campanile de San Marco au bout d’une dizaine de minutes. Un ascenseur nous mène à son sommet et là c’est whaou… ! A près de 100 mètres de haut, on a une superbe vue sur les toits de la Sérénissime et de la basilique.

Place saint marc, venise

Venise

Sur la gauche de la photo suivante, on distingue un escalier très particulier qui fait partie du palais Contarini del Bovolo. Un peu plus tard dans la journée, le jeu va consister à essayer de le trouver dans le dédale des ruelles pour le voir de près.

Venise

Venise, Place Saint-Marc Venise, punta della dogana

Avant de partir, j’ai réservé sur internet la visite des itinéraires secrets du palais des Doges qui, comme son nom l’indique, permet de découvrir les coulisses du palais et la cellule où a été emprisonné le célèbre Casanova. La visite en français débute à midi. On arrive vers 11h pour retirer nos billets et commencer la visite des salles ouvertes au public. Dans le hall, mon téléphone sonne. Après la tuile d’hier soir (la clé démagnétisée), voici qu’on m’annonce la nouvelle tuile du jour ! Ma banquière m’informe avoir reçu une alerte à la fraude sur mon compte ! Résultat : des paiements pour plus de 1000 euros et le bloquage immédiat de ma carte bancaire ! C’est dans des cas comme celui-ci que je suis contente d’avoir gardé mon indépendance financière (!) et surtout qu’on ait chacun notre compte. Au moins, on a la carte de Laurent pour payer jusqu’à ce qu’on m’en donne une nouvelle.

Mais revenons au Palais ducal

L’escalier d’or (scala d’oro), la salle du Collège, la salle du Grand Conseil… tout est grandeur et splendeur. Il a été construit par les plus grands architectes et décoré par les plus grands peintres de l’époque (XIVème – XVIème), parmi lesquels Véronèse et le Tintoret. Les stucs, boiseries, dorures et peintures sont de toute beauté et certains tableaux de taille impressionnante.

Venise, Palais des Doges Venise, Palais des Doges Venise, Palais des Doges Venise, Palais des Doges Venise, Palais des Doges

Le palais était à la fois la résidence du doge et le lieu où étaient réunies les principales administrations de la République de Venise. Le doge détenait les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire. Les prévenus passaient devant le conseil des dix, puis éventuellement devant le conseil des trois s’ils avaient commis une très grosse bêtise. Ensuite, ils étaient emprisonnés dans les geôles du palais.

La partie la plus ancienne des prisons se trouve dans le palais même et fait partie de la visite des itinéraires secrets. On ne peut y accéder qu’accompagné d’un guide. Les prisons comportent trois niveaux de « confort » : le puits, les plombs et entre les deux. Les cellules du puits (les pires) étaient dans les soubassements qui étaient régulièrement inondés et habités par les rats. Les plombs étaient sous les toits (en plomb !) où il faisait super froid l’hiver et hyper chaud l’été (jusqu’à 50°). Notre cher Casanova était dans les plombs où il a « habité » deux cellules différentes. Il n’a pas réussi à s’échapper de la première mais, avec l’aide du Père Balbi, a réussi à s’évader de la deuxième.

Pour passer des salles d’interrogatoire aux autres prisons qui se trouvent dans un bâtiment de l’autre côté du canal, on passe par le pont des soupirs. Son nom évoque les soupirs poussés par les prisonniers qui savaient que c’était le passage vers l’enfer des prisons froides du palais. C’est un pont complètement fermé ce qui fait que, de l’intérieur, on a plutôt l’impression de traverser un couloir.

Dans le pont des soupirs

Vue depuis l’une des fenêtres du pont des soupirs :

Dans le pont des soupirsPalais des Doges, prisons

La cour du palais :

Palais des Doges Venise, Palais des Doges Venise, Palais des Doges

On grignote un bon panini sur les coups de 14h30, puis on se met à la recherche de notre escalier repéré depuis le campanile de San Marco. Il s’agit de la Scala del Bovolo (escargot), attenant au palais Contarini del Bovolo. C’est un escalier en colimaçon, construit en briques, avec de jolies arches en pierre blanche d’Istrie. La rue dans laquelle il se situe est si étroite qu’on a peu de recul pour le contempler.

Scala del Bovolo, Venise

Après cela, on déguste un dernier chocolat chaud, on fait les derniers achats, puis il est bientôt l’heure d’aller prendre notre bateau-taxi pour le retour vers l’aéroport d’où on décolle à 20h50.

Ciao Venezia…

Le lion du palais des Doges Basilique Saint-Marc Détail Place Saint-Marc Attaque de pigeons, Place Saint-Marc Les pigeons de la place Saint-Marc

Eglise de la Salute

Notre bateau-taxi est arrivé

Bateau-taxi Alilaguna

Murano vs Burano


Ce matin, je mets un peu la pression pour qu’on ne parte pas tard. Il nous faut rejoindre la station San Zaccharia pour prendre le vaporetto pour Murano d’où nous prendrons à nouveau un vaporetto pour Burano. Presque 1h30 de vaporetto !

Il fait grand soleil et tout paraît encore plus beau avec cette lumière dorée et le ciel d’un bleu profond.

Le palais des Doges :P1080019 copie

A 9h40, départ de la station San Zaccharia, qui se trouve juste en face du fameux hôtel Danieli cher à James Bond :P1080020 copie

P1080126 copie P1080023 copie

On passe derrière l’Arsenal vu avant-hier « côté terre » :P1080025 copie

Murano ne nous a pas enchantés. C’est sympa, beaucoup plus calme et moins étriqué que le centre de Venise, mais il n’y a rien d’exceptionnel. Les fabriques de verres n’ont pas l’air d’être ouvertes au public ce matin ; on nous fait entrer dans la boutique mais pas moyen de voir les maîtres verriers à l’oeuvre. On en verra juste un en se rapprochant du centre. De quoi satisfaire les enfants qui sont impressionnés par sa dextérité et la rapidité avec laquelle il fabrique un chat et une toute petite souris à partir de sa boule de verre en fusion (les photos étaient interdites).

Petit tour de Murano où nous aurons passé tout juste une heure :

P1080028 copie

P1080029 copie P1080030 copie P1080038 copie IMG_4178_DxOstandard IMG_4182_DxOstandard IMG_4185_DxOstandard

En revanche, on a adoré Burano !

Les maisons colorées, l’ambiance balnéaire (même s’il n’y a pas de plage), le linge qui sèche au vent dans les rues, la tranquillité… tout est parfait. Ca se passe de mots et mérite juste une visite en photos. Attention les yeux !

A l’arrivée sur Burano, on voit bien le campanile penché :

P1080040 copie P1080043 copie P1080045 copie P1080058 copie Faut oser le rose fuchsia, quand même !!!

P1080059 copieP1080062 copie P1080065 copie P1080066 copie P1080067 copie P1080069 copie P1080071 copie P1080083 copie Les maçons en plein boulot… surtout celui qui est aux manettes dans le bateau 😉

P1080084 copie P1080087 copie

image IMG_4202_DxOstandardC’est pas mal d’associer le mauve et le bleu pétant ! Je n’y aurais pas pensé…

IMG_4206_DxOstandard IMG_4210_DxOstandard IMG_4222_DxOstandard IMG_4226_DxOstandard IMG_4230_DxOstandard IMG_4237_DxOstandard IMG_4265_DxOstandard

Nous avons fait le tour de l’île, mangé un bon plat de pâtes et arpenté les ruelles du centre en profitant du soleil. Vers 15h30, on reprend le vaporetto pour une heure de trajet en direction de Venise. Le Grand Canal, l’église de la Salute, San Giorgio Maggiore et le palais des Doges se parent de couleurs dorées au soleil couchant, c’est beauuuuuuuuu !!!!!

P1080098 copie P1080099 copie IMG_4283_DxOstandard IMG_4294_DxOstandard IMG_4297_DxOstandard

P1080121 copie IMG_4299_DxOstandard

La fin de cette belle journée a malheureusement été moins enthousiasmante !

Arrivés devant la porte de l’appartement, je passe la clé magnétique devant le lecteur d’où il ne sort pas le bzzzz habituel. Il faut se rendre à l’évidence, elle est démagnétisée ! Et la deuxième clé est… dans l’appartement !!! Comme il n’y a pas de réceptionniste (vous vous souvenez, je l’avais dit au début que ça pouvait être embêtant !), j’appelle le proprio qui est à l’autre bout de Venise dans son autre hôtel. Il me dit qu’il arrive dans 25 minutes… on attend donc. 25 minutes plus tard, il me rappelle en me disant qu’il n’est toujours pas parti (quoi ?!?!?! il se fiche de moi !!!!) car il attend qu’un ami vienne le remplacer. Finalement, c’est son ami qui arrivera 20 minutes plus tard pour nous dépanner.

Tout est bien qui finit bien.

Dorsoduro, Ca’Rezzonico et petit tour en vaporetto

Le temps s’est clairement amélioré durant la nuit et le soleil semble vouloir illuminer la Sérénissime ce matin. Nous traversons le Grand Canal par le ponte dell Accademia, un grand pont de bois, pour se balader dans le quartier du Dorsoduro.

Le campo San Barnaba et son mini marché flottant sur le rio San Barnaba :

P1070940 copie P1070938 copie

L’objectif de la matinée est de visiter le Ca’Rezzonico, un palais à l’architecture typique des palais vénitiens des XVIIème et XVIIIème siècles, construit sur le Grand Canal. Dans la cour intérieure, on peut voir une gondole ancienne avec une partie fermée.

Ca' Rezzonico, Venise

Les pièces du Ca’Rezzonico sont un musée riche en tableaux, notamment de Tiepolo, et mobilier récupérés dans divers palais de la ville.
La salle du trône est particulièrement fournie en dorures. On peut aussi voir le sol en granito – un procédé à base d’éclats de marbre, très ancien et particulièrement résistant en milieu humide, qu’on trouve naturellement un peu partout à Venise.

Ca' Rezzonico, Venise Ca' Rezzonico, Venise

Un « beau » lustre en verre de Murano :

Ca' Rezzonico, Venise Ca' Rezzonico, Venise

Côté Grand Canal, le palais a les pieds dans l’eau… Entre sol meuble et activité humaine, c’est sûr, Venise s’enfonce inexorablement.

P1070954 copie

ça ne me viendrait pas à l’idée de me balader en voyage de noce avec ma robe de mariée… Les chinois, eux, ils adorent ça ! On en a vu plusieurs. Ceux-là se prennent en photo en passant devant le Ca’Rezzonico :

IMG_4072_DxOstandard

Les ventres crient famine et on retourne vers le campo San Barnaba pour déjeuner à l’osteria ai Pugni. C’est tout petit et ça ne paie pas de mine mais on y a très bien mangé (il y a juste 4 ou 5 plats du jour au choix ou des sandwiches). En plus, ce n’est vraiment pas cher. On a pris 3 plats de pâtes et un plat de viande, une boisson chacun pour 40€. Une bonne adresse !

On poursuit notre balade en se dirigeant vers la station de vaporetto San Zaccharia afin d’atteindre l’île San Giorgio Maggiore. Cette île marque l’entrée du Grand Canal et se situe juste en face du palais des Doges. Comme son église est dotée d’un campanile, ça laisse présager un beau point de vue… Mais avant, on ne peut pas faire autrement que s’arrêter pour une petite photo du pont des soupirs.

IMG_4082_DxOstandard

On parlera du pont des soupirs plus tard, pour l’instant on met le cap sur San Giorgio Maggiore, son église, son campanile, sa vue sur Venise…

San Giorgio Maggiore, Venise

La vue sur Venise et le palais des Doges depuis le parvis de l’église :

San Giorgio Maggiore, Venise

San Giorgio Maggiore, Venise

Et depuis le campanile :

P1070979 copie

San Giorgio Maggiore, VeniseSur cette dernière photo, on distingue bien les nombreuses cheminées de l’immense zone industrielle qui sert de toile de fond à la sublime Venise ! Quelle idée d’avoir construit ces usines de chimie et pétrochimie si près d’un tel joyau !!! Que ce soit moche n’est pas réellement le problème ; le vrai problème c’est la pollution.

IMG_4109_DxOstandard

Bref, revenons à notre balade.

On reprend le vaporetto à San Giorgio Maggiore et c’est parti pour un tour de Venise. On longe l’île de la Giudecca (c’est là que dort George Clooney quand il vient pour la Mostra de Venise !), quelques jolies demeures avec les cheminées typiques de Venise, puis on emprunte le Grand Canal.

P1070989 copie

P1070991 copie

P1080101 copie

Il ne fait pas chaud sur le pont du vaporetto !!

IMG_4131_DxOstandard IMG_4148_DxOstandard

On descend à l’arrêt Rialto pour aller faire quelques courses avant de regagner notre appartement pour l’apéro.

Le Vatican, les quartiers Monti et Esquilin

Le ciel bleu azur de ces trois derniers jours nous abandonne ce matin 🙁
Il fait tout gris et il tombe une petite pluie. Mais on a prévu le coup et on va découvrir les Musées du Vatican, bien à l’abri, prêt à en découdre avec les oeuvres magistrales de Michel Ange et Raphaël !

Pour éviter de faire la queue, j’ai réservé depuis la France, juste avant de partir, nos tickets d’entrée pour 9 heures. Cela implique de payer une surcharge de 4€ par personne (eh oui, quand même !!!), mais quand on voit les 300m de file d’attente à l’extérieur et qu’en plus il pleut, on apprécie !

Musée VaticanMusée VaticanIl est interdit de faire des photos dans la chapelle Sixtine. Non pas pour protéger les peintures des éventuels flashs, pas du tout, mais car le mécène qui a financé les travaux de restauration veut « rentrer dans ses frais » en vendant des objets souvenirs en tous genres : livres, posters, cartes postales, etc. On ne doit pas avoir la même définition du mécénat !!! Donc moi, j’ai fait quelques photos au nez et à la barbe des gardiens sans me faire choper !

Musée VaticanMusée VaticanLa chapelle est, bien sûr, le clou de la visite des musées du Vatican, mais le reste n’est pas mal non plus ! J’ai beaucoup aimé les antiquités romaines et grecques du musée Pio-Clementino et les garçons ont été impressionnés par les momies et sarcophages du musée égyptien.

P1060121 copieMusée VaticanMusée VaticanMusée VaticanMusée VaticanQuelques oeuvres majeures peintes par Raphaël et ses élèves sur les murs des chambres de Raphaël : Musée VaticanMusée VaticanLorsqu’on ressort du musée, il ne pleut plus. On se dirige vers la Place Saint-Pierre pour visiter la basilique mais la file d’attente fait tout le tour de la place ! Bizarre !

VaticanComme il est presque 13 heures et qu’on a faim, on laisse tomber et on va manger au même resto que le premier soir, Porta Castello (bonne petite trattoria familiale où vont les gens du quartier), juste en face du B&B.

Après avoir rempli nos estomacs, on prend le bus 40 jusqu’au terminus pour visiter le quartier Monti et deux de ses édifices religieux : Santa Maria Maggiore (l’une des 4 basiliques papales de Rome et du Vatican) et la basilique di Santa Prassede.

Basilique Santa Maria Maggiore :

P1060173 copieP1060166 copieP1060168 copieP1060169 copieLa basilique di Santa Prassede, avec ses mosaïques dorées et multicolores qui s’éclairent moyennant 1€ dans la tirelire (autant vous dire que quand quelqu’un met 1€, tous les autres visiteurs rappliquent pour profiter du spectacle gratuitement !) :

P1060175 copie

P1060181P1060179 copieP1060177Au fil des rues des quartiers Monti et Esquilin… Ruelles pavées, escaliers de pierre, maisons hautes et colorées :

RomeP1060194 copieRomeAprès une pause au B&B, on retourne dans le vieux Rome pour dîner chez Da Francesco. Ce restaurant romain est assez réputé et, sans réservation, il est souvent difficile d’y trouver une table. On tente quand même notre chance vers 20h et obtenons la dernière table disponible. Le service est très long (45 min avant que la commande soit prise !) mais c’est bon.

Le Trastevere et les bords du Tibre

Ce dimanche matin est consacré aux catacombes de la via Appia Antica, à l’extérieur des murs de Rome. Pour s’y rendre, on prend d’abord le métro, puis le bus 218 (au retour, ce sera le 118 ! ça ne vous rappelle pas une pub pour un annuaire ?). Comme les bus ne sont pas très fréquents le dimanche sur cette ligne là, on attend beaucoup !

La visite des catacombes est assurée par une polonaise, parlant un français parfait mais qui a dû être gardienne de prison dans une autre vie 🙂 La visite est expédiée et malheur à celui qui tenterait de prendre des photos !!! C’est interdit et notre charmante guide nous le fait bien savoir !!! Donc vous n’aurez pas de photo.

Après avoir encore longuement attendu le bus, on se dirige vers le quartier populaire du Trastevere, de l’autre côté du Tibre. En route, un petit détour par le Teatro Marcello :

P1060006 copie

Le Trastevere est un quartier populaire, donc, mais qui est devenu assez touristique et un lieu de balade dominicale pour les romains. Il y a du monde mais, dès qu’on s’éloigne un peu dans les ruelles, on se retrouve seul et alors on peut apprécier l’âme du quartier.

P1060011 copieP1060014 copieP1060051 copieP1060055 copieP1060061 copieP1060066 copieP1060067 copieIMG_0810

P1060074 copie

Même les chats y vivent une vie paisible !

IMG_0820

L’église Santa Maria di Trastevere est d’une richesse incroyable :

P1060036 copieP1060029 copie

Pour rentrer vers le B&B, on longe les bords du Tibre en admirant le château Sant’ Angelo et les ponts qui s’éclairent pour la nuit.

P1060087 copie

Rome, le Tibre, château saint-ange et basilique saint-pierre

Rome, basilique Saint-Pierre

Tous les soirs, on aperçoit les voitures du tournage du prochain James Bond, Spectre. Ils tournent les cascades la nuit, dans le quartier de notre B&B.