Split – Palais de Dioclétien

Nous n’avions jamais vu une ville comme celle-ci ! Imaginez un palais tellement immense qu’une ville puisse s’établir à l’intérieur. C’est ce qu’ont fait les splitois. Ils ont carrément investit l’ancien palais de l’empereur romain Dioclétien pour y construire leurs maisons. Forcément, avec une telle particularité, la ville est inscrite sur la liste du patrimoine mondial par l’UNESCO. Cet édifice romain gigantesque est le mieux conservé au monde.

Voici un résumé (très résumé) de l’histoire : en vue de sa retraite, Dioclétien – qui était d’origine Dalmate – se fait construire un palais de près de 40 000 m² pour passer ses vieux jours au pays, sous le soleil de Split. Le genre maison de retraite de luxe un peu tape à l’œil, nichée dans une baie face à la mer Adriatique, au pied d’une colline boisée, avec des remparts et une caserne pour la protéger, des appartements privés, un temple dédié à Jupiter, des termes, etc. Une vraie ville ! Au Haut Moyen Âge, l’empire byzantin ayant pris le dessus sur l’empire romain, les habitants de la ville voisine se réfugient dans le palais et entreprennent de construire des maisons dans les remparts et contre les bâtiments antiques.

Loin de dénaturer le palais, ils en ont fait un centre-ville unique et débordant de charme qu’on ne soupçonne pas lorsqu’on longe le front de mer. Dès qu’on quitte la large promenade, ses yachts, ses bars et restos branchés, on change de monde, d’ambiance, d’époque. Passer une porte du palais, c’est un peu remonter le temps.

Le palais de Dioclétien

Même les restaurants s’adaptent et tirent parti de l’architecture des bâtiments.

Souvent, le problème est de ne pas avoir assez de recul pour observer les façades tant les rues sont exiguës.

La tour de l’Horloge

Nous sortons du palais pour faire un tour au marché et pour voir les murs extérieurs qui mesurent jusqu’à 26 mètres de haut. A l’est et au nord, ils sont plutôt en bon état. Ici encore, comme à Trogir et Dubrovnik, les pierres ayant servi à la construction du palais viennent de l’île de Brač située juste en face de Split.

L’imposante statue de Grégoire de Nin est située devant la porte nord du palais. Cet évêque du Xe siècle a réussit à imposer le vieux croate comme langue liturgique, à la place du latin. Il paraît que toucher son gros orteil porte chance…

On choisit un bon resto un peu en-dehors du palais pour déjeuner. En début d’après-midi nous achetons des tickets pour visiter la cathédrale Saint-Domnius, le Trésor, la crypte de la cathédrale et le temple de Jupiter. Axel est ravi de toutes ces visites culturelles 😉

La cathédrale était, à l’origine, le mausolée de l’empereur Doclétien
Autel de Saint-Domnius

Le campanile, ajouté au XIIe siècle, est doté d’un escalier qui permet d’accéder au sommet. Les marches sont hyper hautes et par contre le plafond est bas. On monte en faisant autant attention à la tête qu’aux pieds ! Même moi j’ai réussi à me cogner la tête, c’est vous dire si c’est bas !

De tous côtés, les vues sur la ville-palais sont remarquables. On voit bien les enchevêtrements de toits, les cheminées de style vénitien, les ruelles et les cours, la colline Marjan et la mer Adriatique. Loin d’être une ville musée, la vieille ville compte 3000 habitants.

De la même manière que les pharaons, Dioclétien se considérait comme l’incarnation humaine d’un Dieu (humble le gars !). Pour affirmer ses origines divines et décorer son palais, il aurait fait venir d’Egypte douze sphinx en granit noir, dont deux sont visibles dans la vieille ville. L’un devant la cathédrale et l’autre, sans tête, devant le temple de Jupiter. Les autres ont été détruits.

Et devant le sphinx, on trouve le bar du Louxor… j’adooooore !

En sortant de la cathédrale, on se dirige tout droit vers le temple de Jupiter, devenu le baptistère. À l’intérieur on trouve une statue de Saint-Jean Baptiste et une plaque d’autel représentant un roi croate (la plus vieille sculpture en pierre représentant un roi européen).

Notre ticket nous donne accès au Trésor. Nous n’y connaissons pas grand chose en art sacré mais il faut reconnaître que certaines pièces sont exceptionnelles. Je suis restée un moment devant ces livres parfaitement conservés, datant du XVe siècle, et sur les pierres tombales à l’effigie de la personne décédée.

À côté du péristyle, le vestibule est très bien conservé, hormis la coupole qui a disparu.

Et sous le vestibule, les souterrains du palais accueillent des boutiques de souvenirs plus ou moins bien.

À parcourir la ville en long et en large, nous avons fait 11 km. On se repose un peu à l’appartement avant de retourner vers le port pour l’apéro.

De nuit c’est pas mal non plus…

Demain on change de thème, après la culture, l’aventure !

Laisser un commentaire