Dubrovnik, la perle de l’Adriatique

A l’extrême sud de la Croatie, coincée entre le Monténégro et la Bosnie-Herzégovine, se trouve la ville de Dubrovnik. C’est ici que commence notre road trip d’une dizaine de jours.

Partis de Bordeaux, nous sommes arrivés hier soir (21 août 2021) avec 20 minutes d’avance sur l’heure prévue. Pour la ponctualité, Volotea marque des points. En revanche, pour un vol qui partait à 19h30, la moitié du menu était indisponible et nous n’avons pu manger que des Pringles. Nous avons pris un taxi (plutôt beau gosse 😉 et avec qui on a appris les rudiments : dober dan, hvala, dovidenja) et à 22h30 nous étions à l’appartement.

La vieille ville de Dubrovnik est un bijou parfait posé sur des falaises en surplomb de l’Adriatique. De notre appartement situé sur les hauteurs de la ville, on aperçoit déjà ce qui fait sa beauté : les pierres couleur miel, les toits enchevêtrés, les clochers, les ruelles pavées, les remparts puissants qui dominent la mer, toutes les nuances de bleu de l’Adriatique et l’île Lokrum. Son histoire tumultueuse ajoute sûrement un brin d’émotion, car on ne peut occulter son passé douloureux quand on visite cette ville dont la devise est « La liberté ne se vend pas, même pour tout l’or du monde ».

Vue depuis notre appartement

Premier jour à Dubrovnik

Avec Laurent, on part au supermarché situé à 5 minutes à pied pour acheter de quoi faire un petit-déjeuner. Comprendre la composition des différents pains est une gageure ! Le Croate est incompréhensible pour nous. En remontant vers l’appartement, on prend notre première suée de la journée et ce ne sera pas la dernière…

Déambuler dans les ruelles escarpées de Raguse est épuisant mais leur étroitesse nous préserve du soleil déjà bien cuisant ce matin.

Ce point de vue est intéressant pour deux raisons : on pensait naïvement que la vieille ville était à plat mais visiblement ce n’est pas le cas, on constate que de belles montées nous attendent ! On remarque aussi très nettement, à droite, le rocher originel sur lequel s’est construite l’ancienne Raguse.
La porte Pile, entrée nord de la ville, et son pont levis.

Un peu d’histoire… Au VIIe siècle, une attaque des Slaves oblige les habitants de la cité d’Epidaure à se réfugier sur le rocher de Raguse. Ils entreprennent de construire des remparts qui ne cesseront d’être modifiés et renforcés au fil du temps. Au XIIe siècle, la localité de Dubrovnik, sur le continent, fusionne avec Raguse et le chenal qui les sépare est comblé, formant ainsi la rue la plus large et la plus commerçante de la vieille ville (Stradun).

Au bout de Stradun, une porte permet d’accéder au vieux port et de contourner un peu les remparts au pied desquels une sorte de plage est aménagée dans les rochers. Il fait une chaleur avec la pierre qui réverbère le soleil… si on avait apporté les maillots qui sont restés à l’appartement, on aurait bien plongé !

La cour intérieure du palais des recteurs. Les recteurs étaient les gardiens de la ville, les seuls à en avoir les clés.

Avec cette chaleur, on profite des fontaines pour recharger les bouteilles d’eau fraîche. La grande fontaine d’Onofrio est le point de ralliement et de ravitaillement de tous les touristes et des locaux aussi. Construite au XVe siècle par l’architecte Onofrio della Cava, elle est l’aboutissement d’un aqueduc reliant la rivière Dubrovacka à la vieille ville.

Les chats ne sont pas fous, ils ne cavalent pas comme nous. En ce début d’après-midi bien chaud, ils sont à l’ombre, en mode chill !

Mais il fut une période où la sieste était était bien moins sereine. La ville a largement été bombardée lors de la guerre d’indépendance de la Croatie, entre 1991 et 1995. Positionnés sur le mont Srd, les soldats de l’armée nationale Yougoslave ont assiégé la ville pendant 7 mois, alors que la marine faisait blocus côté mer. Le but de l’opération, qui s’est déroulée au début de la guerre, était de montrer la puissance de l’armée Yougoslave et de faire un exemple. Dubrovnik, complètement cernée, a perdu 2000 habitants et près de 70% des édifices de la vieille ville auraient été touchés par les tirs d’obus. Aujourd’hui il ne reste quasiment aucune trace de ce carnage. L’ancienne Raguse a retrouvé sa superbe.

Après une petite sieste, nous retournons en ville pour la soirée. Le coucher de soleil est un peu voilé mais la ville prend de jolies couleurs chaudes. Pour l’apéro, nous traversons les remparts pour nous retrouver au Buza bar, sur une terrasse suspendue face à la mer.

Stradun

J’ai oublié mon téléphone, donc on choisit un resto au hasard alors qu’on a l’habitude de vérifier les avis sur l’appli Tripadvisor avant. Au jeu du plouf plouf ce sera toi… on a fait le mauvais choix ! Après avoir attendu nos plats pendant plus d’1h30 (oui on est très patients quand on est en vacances), nous avons payé nos boissons (c’est seulement là qu’on nous a proposé de changer notre commande, qui n’était toujours pas lancée en cuisine… WTF !!!) et sommes partis. Nous avons jeté notre dévolu et nos derniers espoirs sur un autre resto juste à côté, où nous avons très bien mangé. Les cannellonis au ragoût de bœuf et la pasticada étaient excellents. Donc si vous allez à Dubrovnik, fuyez le Gourmet bar Ginger et allez plutôt à la Konoba Rhea Silvia. Voilà, c’est dit.

Ici, même les chats se couchent face à la mer !

Deuxième jour à Dubrovnik

Pour que la visite de la ville soit complète, il faut faire le tour des remparts. De là-haut, la vue sur les toits et sur la mer Adriatique est forcément splendide. Nous hésitons car le prix est assez dissuasif (27€ par personne). Je demande au caissier si Léo peut bénéficier du tarif étudiant et il me répond que le tarif enfant est valable jusqu’à 18 ans (ça tombe bien, il a encore 18 ans pour 3 jours), ce qui ramène le prix par personne à 16€. Beaucoup plus raisonnable !

On emprunte l’entrée située entre la porte Pile et le monastère franciscain. C’est parti pour une balade aérienne par 35° en plein soleil !

Stradun, la rue principale
Le monastère franciscain et la fontaine D’Onofrio
Le fort Lozovac, en face de la vieille ville
Des petits bars avec vue imprenable permettent de faire une pause agréable
Accroché aux remparts, le Buza bar où nous avons pris l’apéritif hier soir
Le vieux port
Le monastère dominicain avec son joli clocher en pierre sculptée…
Et son escalier monumental
Le vieux port et l’île Lokrum
La tour Minceta (au fond à droite) est le point le plus haut des remparts.
Ici ils mesurent jusqu’à 50 mètres de haut.
Vue sur la vieille ville et Lokrum depuis la tour Minceta
Tour Minceta
Le cloître du monastère franciscain

À la fin de cette superbe balade, nous avons dû perdre chacun 1 litre de sueur ! On refait le plein des bouteilles à la fontaine d’Onofrio et partons en quête d’un repas vite fait. Un club sandwich plus tard, on file à la plage au pied du fort Lozovac. En Croatie, les plages sont soit composées de galets soit de chapes de béton. Pas fantastique mais suffisant pour se rafraîchir. La mer est à 25°, c’est parfait. Par contre on s’éclate les pieds sur les galets, ça fait hyper mal !

On prend un verre au bar de la plage en regardant les acrobaties de quelques plongeurs qui sautent depuis la falaise, puis on se dirige vers la petite plage sous la porte Pile. Maintenant nous allons faire travailler nos bras et découvrir Dubrovnik depuis la mer. Ce matin on l’a vue d’en haut, ce soir c’est depuis le bas.

Nous avons réservé une sortie en kayak qui consiste à faire le tour de Lokrum avec pause baignade dans une grotte, puis le retour le long des remparts. Et pour optimiser la journée, nous avons choisi la sortie du soir, au coucher du soleil.

Notre guide s’appelle Mike, il est sympa comme tout et nous apprend plein de choses sur Lokrum et Dubrovnik, y compris sur la guerre d’indépendance qui est pourtant un sujet sensible que les Croates n’abordent pas facilement avec les étrangers.

Au détour de l’île Lokrum, on voit un énorme yacht. Mike nous dit qu’il s’agit du deuxième yacht le plus grand du monde. Il appartient au propriétaire du club de foot de Chelsea. Il y a 9 ponts et 70 personnes qui travaillent à plein temps dessus. Je ne me rappelle plus le prix du plein d’essence mais, avec ça, tu peux acheter une maison !

Pour le coucher de soleil, c’est un peu raté car le ciel est voilé. Mais on profite malgré tout de ce moment paisible au pied des remparts de la belle Raguse. Et on passe encore devant le Buza bar.

Après 8 km en kayak, il reste encore 130 mètres de dénivelé positif pour retourner à l’appartement… On rentre crevés mais ravis de cette journée !

Laisser un commentaire