El Pijaral (ou Chinobre) dans le Parc rural d’Anaga

La randonnée prévue ce matin se situe au nord-est de Tenerife, tout au bout du Parc rural d’Anaga, et porte plusieurs noms : El Chinobre, el Pijaral, el bosque encantado… Comme il s’agit d’une Réserve naturelle intégrale, seules 45 personnes par jour sont autorisées à entreprendre cette rando et il est nécessaire d’obtenir une autorisation au moins 1 semaine au préalable sur le site centralreservas.tenerife.es. Attention, des gardes forestiers vérifient les autorisations ! On a vu un petit groupe de jeunes faire demi-tour au pas de course pour leur échapper !

Je trouve que « el bosque encantado » lui va bien, surtout un jour nuageux comme aujourd’hui quand la brume envahit parfois le sentier. Il se dégage alors une ambiance enchanteresse, presque mystique. En revanche, pour les points de vues c’est moins le pied !

Randonnée El Chinobre

On démarre la randonnée (6,5 km – 300 m de dénivelé) au niveau du petit parking situé sur la gauche de la route, au kilomètre 4.8 en venant de la Ensillada. Le chemin est étroit, bien tracé mais parfois glissant et envahi de végétation.

Au Mirador Cabezo del Tejo, la boucle revient vers le parking par un chemin large et sans difficulté hormis sur la toute dernière partie ou on repique sur un sentier forestier étroit pour remonter au parking.

Le Parc rural d’Anaga est constitué de montagnes abruptes, de profonds ravins et d’une laurisylve (forêt primaire) dense et intacte. L’humidité qui règne presque constamment dans cette forêt apporte l’eau essentielle à son développement et favorise la propagation de mousses sur les troncs tordus. On se croirait de retour au Jurassique ou dans un décor de film fantastique ! Ce n’est pas sans nous rappeler les paysages du plateau de Rabaçal à Madère.

Sur le trajet vers Taganana, un rocher nous interpelle. Suivant l’endroit où l’on se place, il peut prendre l’aspect d’une tête de lion. Vous le voyez ?

On trouve un emplacement de choix pour pique-niquer : la playa de Benijo. Avec ses rochers émergeant de l’océan, elle a un côté inquiétant et fascinant à la fois.

Que ce soit sur le chemin de rando et même sur les routes, on croise vraiment peu de monde par ici. Et pourtant qu’est-ce que c’est joli et tellement différent des étendues volcaniques autour du Teide. On s’arrête fréquemment le long de la route pour observer les panoramas vertigineux.

Certains belvédères sont plus fréquentés, comme le Mirador de Cruz del Carmen qui offre une vue sur La Laguna ou encore le Mirador Pico del Ingles où se trouve une curiosité : el camino viejo.

Puerto de la Cruz, La Laguna, La Orotava

La météo annonce de la pluie… pas de randonnée donc aujourd’hui. On part visiter les charmantes villes de Tenerife.

Puerto de la Cruz

A priori, rien d’exceptionnel ni incontournable à Puerto de la Cruz mais comme on loge dans le coin, ce serait dommage de ne pas aller y faire un tour. Il faut toujours faire attention au dénivelé par ici ; j’avais repéré le parking gratuit du parc Taoro, à proximité du centre… certes il n’est pas loin à vol d’oiseau, pourtant il est tellement perché haut que ce ne sont pas des rues mais des escaliers qui permettent de rejoindre le centre-ville. A l’aller ça va, ça descend, mais au retour ça fait mal !

Dans cette station balnéaire la plus ancienne de Tenerife, quelques maisons colorées valent le coup d’œil, tout comme le mini port dans le quartier des pêcheurs et la plage.

Il y aurait encore beaucoup à voir : le Lago Martianez conçu par Manrique, le jardin d’acclimatation, le castillo San Felipe, les plages à l’ouest de la ville… mais on préfère garder du temps pour visiter La Laguna qui, d’après tous les guides touristiques, semble être LA ville historique à voir à Tenerife.

San Cristobal de La Laguna

Communément appelée La Laguna, cette ville fut autrefois la capitale de Tenerife avant d’être détrônée par Santa Cruz. Déclaré Patrimoine mondial par l’UNESCO, son centre historique compte de nombreux palais et édifices de style colonial de toute beauté, à l’extérieur comme à l’intérieur. Les façades sculptées, les patios, les balcons en bois, les couleurs… l’ensemble est harmonieux et somptueux. D’ailleurs, le plan des rues de La Laguna a servi de modèle à plusieurs capitales d’Amérique du sud comme La Havane, Carthagène ou Lima.

Dans la calle San Augustin, on s’attarde devant la Casa Montanes, la Casa Salazar, la Fondation Cristino de Vera et le musée d’art et d’histoire qui présentent de jolies façades et des patios verdoyants ornés de belles boiseries.

Tout le centre historique déborde de charme. Ce n’est pas une ville « carte postale » pensée uniquement pour le tourisme, d’ailleurs il y a peu de boutiques dédiées aux touristes. Les étudiants de l’université et les habitants sont nombreux à se promener à l’heure de la pause déjeuner, les terrasses sont pleines, la ville est très vivante. On a bien aimé La Laguna !

Une bonne adresse pour manger : Taberna Santo Domingo

La Orotava

Des édifices du 17e siècle, des balcons en bois, de la pierre de lave, des rues pavées, quelques palmiers, des enduits colorés sur les maisons, et voilà de quoi faire encore une jolie petite ville.

Du côté du Teide : montanas Samara, la Botija, Roques de Garcia

Ce matin encore, la côte nord est sous les nuages. La météo annonce cependant un temps découvert sur le versant sud du Teide et ça tombe bien car c’est là-bas que l’on va.

En prenant de l’altitude après Santiago del Teide, les nuages se dispersent pour laisser place à un soleil radieux, comme prévu. Le vent est présent pour modérer les températures. Les conditions sont idéales pour entreprendre la randonnée vers les montagnes Samara et la Botija. Cet itinéraire, situé dans le Parc national du Teide, fait un peu plus de 5 km et compte 310 mètres de dénivelé (positif et négatif) pour faire le tour de la montana de la Botija.

On démarre au niveau du parking du Mirador de Samara qui est microscopique (on le voit sur la photo ci-dessous), donc vite plein, et il est impossible de stationner le long de la route TF 38. Nous avons de la chance car il y a juste une place qui vient de se libérer.

On commence d’abord par monter au sommet de la montana Samara. On adore ces paysages volcaniques parsemés de petites touches vertes formées par les pins des Canaries.

Le chemin part ensuite en direction de la montana de la Botija. Ça grimpe et il n’y a quasiment pas d’ombre ! En contournant la montana de la Botija, on profite d’une superbe vue dégagée sur le Pico Viejo (deuxième sommet de Tenerife) et le Teide derrière (point culminant). Cette randonnée est bien partie pour être ma préférée !

Sur le retour, au loin, on aperçoit les sommets de l’île de La Palma qui émergent de la mer de nuages. On trouve un bosquet de pins pour se mettre à l’ombre et pique-niquer dans ce cadre 5 étoiles en compagnie de quelques gros lézards. L’avantage de faire de tout petits parkings, c’est que ça limite considérablement la fréquentation des circuits de randonnée ; on est tranquille et on apprécie !

Nous reprenons la route TF 38 en direction de Los Roques de Garcia pour enfin faire la rando qui était prévue avant-hier. Au bout de seulement 4 km, un nouvel arrêt s’impose pour observer le Pico Viejo et le Teide sous un autre angle. Au premier plan, sur le flanc du Pico Viejo, on peut voir 2 cratères secondaires nommés Las Narices del Teide (les narines du Teide) et la coulée de lave noire qu’ils ont provoquée.

On s’arrête de nouveau au belvédère Llano de Ucanca pour la vue sur le Teide et los Roques de Garcia. Sans la Calima, c’est mieux qu’avant-hier !

Cette fois-ci, même s’il y a énormément de monde, nous trouvons à nous stationner sans problème sur le parking de los Roques de Garcia. Beaucoup de gens se contentent du point de vue au bout du parking, ce qui fait que le chemin qui permet de pénétrer dans ce décor minéral est relativement peu fréquenté. Il y a beaucoup plus de monde que sur la rando de ce matin mais l’affluence est tout à fait acceptable.

Encore une fois, ce que nous découvrons nous enchante. Ces formations rocheuses, toujours avec le Teide en point de mire, nous rappellent Arches ou Bryce canyon, ces Parcs nationaux américains qui nous ont tant plu. Axel est moins emballé, il en a marre de marcher et refuse de faire la boucle complète qui se termine par une montée assez raide après le rocher nommé « la Catedral ». On le laisse donc sur un rocher pour aller jusqu’au bout du chemin et faisons le retour par le même côté. Le kilométrage de la randonnée est le même (3,5 km) mais on évite ainsi près de 200 mètres de dénivelé positif.

El Roque Cinchado est l’un des emblèmes de Tenerife. Il figurait sur les anciens billets de 1000 pesetas.

Le Parc national del Teide, qui englobe l’immense caldeira de las Canadas, est sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Rien qu’en roulant au milieu de ces paysages volcaniques spectaculaires, on comprend tout l’intérêt de les protéger.

Une pause dans le jacuzzi et un excellent repas chez Tito’s bodeguita baissent le rideau sur cette journée assez exceptionnelle.

Tito’s bodeguita

Les villages du nord de Tenerife : Icod de los vinos, Garachico, Masca

Le ciel est bas ce matin. Les nuages sont bien présents et même les sommets sont dans le brouillard. D’après la météo sur aemet.es, pas un coin de l’île ne semble épargné donc on reste sur la côte nord pour visiter les villages.

Icod de los Vinos

Icod de los vinos est surtout connu pour son « Drago milenario », un dragonnier millénaire qui n’aurait finalement « que » 500 ans. Quoi qu’il en soit, ce dragonnier est le plus vieux et le plus grand encore en vie. Cette plante arborescente, que l’on trouve uniquement dans les îles de la Macaronésie (Canaries, Cap Vert, Madère) et un peu au Maroc, est inscrite sur la liste rouge des espèces en danger de disparition.

Un peu plus loin, on trouve un arbre « réparé » (le pauvre devait être fendu en deux) et un autre dragonnier assez impressionnant lui aussi et maintenu par des câbles pour éviter sa chute (le vent souffle fort parfois ici).

Garachico

Notre deuxième étape est Garachico. Qui pourrait croire que ce petit village fut autrefois le port le plus important de Tenerife ?
Recouvert en grande partie par une éruption du Teide en 1706, le village a su renaître de ses cendres. On a bien aimé l’ambiance du cœur historique du village. C’est mignon et la vie semble douce par ici. La Semaine Sainte venant juste de prendre fin, l’église abrite encore les autels des confréries qui sont sortis lors des processions.

Los Gigantes

Tous les restaurants que j’avais repérés dans le secteur sont fermés en début de semaine. On décide alors d’aller jusqu’à Los Gigantes pour manger et pour voir les fameuses falaises géantes qui donnent leur nom à cette ville. En suivant les panneaux, on se retrouve dans le port de Los Gigantes où il est impossible de monter sur la digue. On ne verra donc les falaises que de loin.

Sur le chemin du retour, on tente une incursion sur la route de Masca. Depuis le belvédère, on s’amuse à regarder les voitures se croiser sur cette route étroite et très sinueuse. Force est de constater que certains conducteurs sont vraiment empotés, voire pas doués du tout et sûrement plus habitués aux autoroutes qu’à ces voies montagneuses ! Le plus drôle c’est quand ils croisent un bus 😉

Masca étant dans les nuages, on décide de ne pas descendre jusqu’au village et d’y revenir un jour plus clément. Le jacuzzi sur notre terrasse fera l’affaire pour passer la fin de la journée.

Edit : Voilà la route de Masca quelques jours plus tard, avec moins de nuages.

El paisaje lunar

Hier nous avons découvert l’Anaga, sa forêt primaire, son ambiance mystérieuse et fantastique. Aujourd’hui nous partons pour le volcanique Parc national du Teide. Pour rejoindre la route qui monte vers le Teide, le GPS nous fait prendre des rues que la voiture peine à monter à fond de seconde !

Premier arrêt le long de la sinueuse route TF 21 pour une fleur de pierre dans son écrin de pins des Canaries.

Il y a un phénomène fréquent aux Canaries qui s’appelle la Calima. Les alizés, qui sont des vents soufflant d’est en ouest dans la zone équatoriale, amènent dans leur sillage du sable du Sahara qui vient brouiller le ciel. Nous ne nous en sommes pas aperçu hier sur la côte nord, mais en passant aujourd’hui sur le versant sud de la zone montagneuse qui occupe tout le centre de l’île, c’est assez frappant.

On avait prévu de faire la rando autour de los Roques de Garcia mais il n’y a aucune place sur les parkings et on se dit que les vues seraient plus appréciables sans ce ciel brouillé par la Calima. On décide donc de mettre le cap sur le deuxième objectif de la journée : la randonnée jusqu’au « Paisaje lunar » (paysage lunaire).

Sur le trajet pour aller vers le village de Vilaflor d’où part la rando, nous faisons une pause photo au belvédère aménagé le long de la magnifique route TF 21 pour apercevoir le cône parfait du Teide, point culminant de l’Espagne (3715 m), et las Roques de Garcia à son pied. La Calima brouille bien le paysage.

Deuxième arrêt dans le village de Vilaflor pour acheter de quoi pique-niquer car on a tout oublié dans le frigo. On pourrait partir du village pour faire la randonnée mais cela ajouterait 5 km aller-retour et pas mal de dénivelé. Comme on aime les défis et la difficulté… on préfère avancer un peu en voiture sur la piste un peu cahoteuse parfois. On suit donc la piste « Madre del agua » sur plusieurs kilomètres jusqu’à trouver le petit panneau en bois.

A l’intersection peu après le départ, nous prenons à gauche pour faire la boucle dans le sens des aiguilles d’une montre. Le chemin monte ensuite tout du long, d’abord dans une forêt clairsemée de pins des Canaries. Ces grands arbres filiformes apportent une touche de couleur dans les paysages volcaniques. Profitant de l’humidité apportée par les nuages qui s’accrochent fréquemment aux flancs des volcans, ils ont la faculté de pousser dans ces sols qui semblent pourtant si arides et stériles. Leur autre faculté est de résister aux incendies grâce à leur écorce épaisse et riche en sève qui protège le cœur de l’arbre.

On passe devant des grottes formées dans la roche, des ruines Guanches (premiers habitants de l’île) puis on traverse ensuite une zone de roche claire et friable qui a été sculptée par la pluie et le vent.

Et on atteint enfin le fameux « paisaje lunar », pas très étendu et assez loin du belvédère. C’est joli mais on ne peut pas aller jusqu’au pied de ces petites cheminées de fées donc reste un peu sur notre faim ! Des hollandais à côté de moi comparent cela à Bryce canyon. Ok c’est le même type d’érosion mais on est quand même très loin des paysages grandioses de Bryce canyon.

On trouve un coin tranquille pour le pique-nique avant de faire la boucle retour.

On ne peut pas s’empêcher de faire de nouveaux arrêts sur les points de vues de la route TF 21. Décidément, cette route est un ravissement, à l’aller comme au retour on découvre des paysages magnifiques et très changeants.