Cornacs et Khamus

Ce matin, on fait grasse mat’
Avec Laurent, on se lève avant les enfants pour aller faire un tour dans le village et au marché. Il n’y a pas un touriste, c’est paisible.
On trouve de tout ici, de la couenne de porc séchée (avec les poils !!! Beurk), du crapaud grillé et même de la Vache qui rit conservée sur une étagère (pourquoi s’embêter à la mettre au frigo !)
L’anglais est parfois approximatif… Allez houst !!
On traverse ensuite le Mékong en pirogue pour aller au Elephant Park, un sanctuaire géré par un groupe français qui tente de sauvegarder les éléphants d’Asie et d’éduquer les salariés à la préservation de l’environnement. Pour l’instant, ils n’ont que trois éléphants à eux et un en location. Ils aimeraient en acquérir davantage mais un éléphant coûte 50 000 $, c’est un sacré budget. Et en plus de l’éléphant, il faut payer le salaire du cornac qui s’en occupe.
Autrefois appelé le Royaume du million d’éléphants, le Laos n’en compte aujourd’hui plus que 500 environ, même si les chiffres plus ou moins officiels annoncent 1500. Ici, ils ne sont pas chassés pour les défenses car elles sont souvent très petites, mais pour leur peau et leur sang que les chinois convoitent pour améliorer leur libido ou guérir le cancer. Encore des conneries qui risquent d’éradiquer une espèce !!

On passe un moment avec les trois éléphantes, le mâle ayant été mis à l’écart momentanément pour cause de musth et donc d’agressivité potentielle. On leur donne des bananes dont elles raffolent, puis on les suit jusqu’au bord du Mékong pour le bain.

Avec notre hôtel, le Pakbeng lodge, en arrière plan :
Ici, pas de promenade à dos d’éléphant à la chaîne, pas de persécution, les animaux vivent en paix. Car, avant de monter sur le dos d’un éléphant, il faut que vous sachiez que dans beaucoup de camps, les animaux ont été dressés d’une manière qui s’apparente à de la torture, en subissant un rituel qui s’appelle le Phajaan. Cela consiste à « briser » l’éléphanteau pour qu’il perde son instinct sauvage et qu’il obéisse aux ordres comme un robot. Selon la croyance qu’on peut séparer l’esprit du corps, les éléphanteaux sont enfermés et attachés dans des cages exiguës, privés de nourriture, puis torturés à coups de piques pendant plusieurs jours. L’animal ressort soit mort soit complètement soumis et empreint de la peur de l’homme. Il est alors prêt à être dressé pour les travaux en forêt ou pour amuser les touristes. La plus vieille des éléphantes (48 ans) a subi ce genre de dressage pour effectuer des travaux en montagne et elle est en effet beaucoup plus docile et abîmée que la plus jeune (25 ans) qui a son petit caractère et amuse la galerie. D’ailleurs, elle se mouche sur moi au moment où je lui donne ses bananes ; je suis crépie de morve d’éléphant !!

Après le déjeuner, nous partons avec notre guide et deux accompagnateurs locaux pour une randonnée dans la jungle jusqu’à un village Khamu. Léo et Axel, ayant entendu qu’il y a des sangsues dans la forêt, préfèrent rester à l’hôtel avec leurs copains. Encore une fois, ça grimpe, ça glisse, il fait chaud, c’est dur, mais c’est beau !
L’humidité et la pénombre qui règnent dans la forêt favorisent la présence de sangsues de terre qui nous grimpent dessus. Il faut être vigilant pour les virer de nos chaussures avant qu’elles n’atteignent la peau pour nous vider de notre sang ! On se sent comme des aventuriers !

Au bout du sentier, nous arrivons au village. S’en suit une nouvelle séance de frisbee avec les enfants qui sont très réceptifs. J’ai vraiment eu une bonne idée en emmenant ces trucs ; ça ne prend pas beaucoup de place dans les valises, ça permet de créer un échange sympa et de faire plaisir aux petits en leur offrant autre chose que des stylos.
La journée se termine autour d’un lao lao coco, la pina colada à l’alcool de riz, avec un beau soleil couchant sur le Mékong.

Le casting du Roi Lion

Voulant arriver pas trop tard à Etosha, nous avions dit hier soir aux enfants de mettre le réveil. Sauf que Léo a oublié que son téléphone ne s’est pas mis à l’heure namibienne (juste 1h de décalage). Il sonne donc à 6h au lieu de 7h ! Pas vexés pour autant, ils disent avoir apprécié de voir le soleil se lever et ont trouvé ça « trop beau »… Nos ados lève-tard découvrent le monde !

Bon, en réalité, vous aurez constaté que le casting a déjà commencé. On a déjà trouvé Timon à Rostock Ritz, par exemple. Mais c’est au parc national d’Etosha qu’on trouve toutes les stars et surtout le roi des animaux, j’ai nommé le lion. Il y en a dans le Damaraland mais ils sont difficiles à trouver. A Etosha, ce n’est pas gagné d’avance d’en voir mais on augmente nos chances.

Après un arrêt techniques (courses et plein d’essence) à Outjo, nous entrons au sud d’Etosha vers 11h. Le point d’eau d’Ombika se situe juste après l’entrée, c’est par celui-ci que nous commençons. Un troupeau de zèbres se balade, mélangé à des antilopes et des girafes. Puis deux autruches se pointent avec, entre elles deux, une quinzaine d’autruchons. Ils sont trop chou en file indienne entre maman et papa !

Nous pique-niquons au point d’eau d’Okaukuejo et là, ce sont trois gros éléphants qui se désaltèrent parmi des zèbres et des oryx qui se baignent. C’est top !

On continue vers Nebrowni. Il y a beaucoup de voitures… c’est signe qu’un gros animal est présent au point d’eau. Ah ben oui, on a trouvé la maman de Simba, à moins que ça ne soit Nala, sa copine ! Un lionne se prélasse et tous les autres animaux sont en alerte, à distance respectable du prédateur. Personne ne bouge. Personne n’ose mettre une patte dans l’eau. Le silence règne. Au moindre battement de cil de la lionne, les autres animaux reculent d’un mètre et se pétrifient ! Malheureusement pour nous, elle ne montre que son dos et ne semble pas vouloir bouger. Ça dort beaucoup un lion !

On continue donc vers Olifantsbad où nous trouvons… un troupeau d’une quinzaine d’éléphants prenant un bain, comme le nom du point d’eau l’indique de façon non fortuite. On ne le voit pas tout de suite car il est complètement immergé à notre arrivée, mais il y a un petit avec eux.

 

Après leur bain, ils passent juste devant notre voiture avant de disparaître dans la savane. On est aux anges !

Deux véhicules de touristes arrivent à ce moment-là et nous demandent ce qu’il y avait à voir. En deux minutes, le point d’eau s’est vidé de son intérêt. Il est désormais désert.

A Rietfontein, il y a encore des éléphants un peu excités qui s’aspergent de poussière et un beau rhinocéros noir, tout calme dans son coin.

 

Juste sur le bord de la piste, monsieur autruche (plumage noir = monsieur ; plumage gris = madame) prend la pause.

Avec la tête :

Sans la tête :

On s’installe pour deux nuits à Halali. Après le dîner, nous allons au point d’eau du lodge qui est éclairé toute la nuit. On y reste environ 1h30 et on voit, dans l’ordre d’apparition : 8 éléphants, 5 rhinos, 2 chacals, 2 hyènes tachetées, encore 2 autres rhinos (une maman et un jeune). C’est top top top !!!

Les photos sont un peu floues mais juste pour vous montrer ce que donne le point d’eau éclairé.

Ces deux-là sont restés face à face pendant au moins 15 minutes en grognant et reniflant bruyamment. Le mâle proche du point d’eau refusant que l’autre vienne boire son eau !

 

Dans le Damaraland il y a…

… de magnifiques paysages et surtout des éléphants du désert !

A cette saison, c’est sûr, les éléphants sont dans le coin, à la recherche de nourriture et d’eau dans le sable des rivières asséchées. Il faut juste avoir un peu beaucoup de chance pour tomber dessus !

En préparant notre circuit, j’ai lu plusieurs récits de voyageurs qui ont sillonné les pistes et les lits des rivières avec leur propre 4×4 pour trouver eux-mêmes les pachydermes tant convoités. Ça doit être grisant de les trouver et d’être seul à les contempler. Sinon il y a la possibilité de faire une sortie en 4×4 ouvert, organisée par quasiment tous les lodges du Damaraland pour leurs clients. Nous, comme on est trop des aventuriers :-), on a choisi la sortie avec le lodge ! Disons que c’est moins hasardeux et on préfère s’appuyer sur l’expertise d’un guide que sur notre bonne étoile.

Nous partons à 8h d’Omandumba et, après 4 heures de route très jolie au début dans les monts Erongo, ça devient moins agréable (encore beaucoup de tôle ondulée sur la fin). En arrivant à Twyfelfontein, nous sommes surpris par la température. Il fait 36° ici alors qu’avant-hier, on quittait Swakopmund sous 6° seulement le matin !!

Sur la piste, les camions et les 4×4 côtoient les charrettes tirées par des mules et même des piétons.

On lézarde au magnifique bar du Twyfelfontein Country Lodge le temps de pique-niquer et d’attendre que notre chambre soit prête.

Ça c’est notre chambre :

A 15h, c’est le rendez-vous pour LA sortie que j’attends depuis si longtemps. Celle qui nous permettra peut-être de rencontrer des éléphants en liberté, même pas dans une réserve mais dans les somptueux paysages rougeoyants du Damaraland.

Au bout d’une heure et demi à être ballotés dans les énormes véhicules du lodge (ils ont 65 ans ! Ils datent de la seconde guerre mondiale !), l’un d’eux s’arrête à cause d’une crevaison. Ils ont beau avoir de gros pneus, les pistes de caillasse ne pardonnent pas. L’un des guides part alors à pied sur une colline pour tenter de repérer les éléphants. On se dit que c’est foutu. On ne les verra pas.

C’est alors que le guide nous fait de grands signes et nous crie de retourner vite dans les voitures car il a aperçu les éléphants et qu’il faut contourner la colline par le lit de la rivière. Ça y est, on y croit de nouveau, l’espoir est revenu. Et là, tout à coup, on les voit. J’en ai les larmes aux yeux (ben oui, 30 ans que je rêve de cette rencontre !). Ils sont 17 avec un petit de 2 ans et deux autres d’un an. Beaux et majestueux. C’est génial.

Nous avons eu beaucoup de chance car le troupeau était prêt à passer dans un étroit goulet entre deux montagnes et alors le guide n’aurait plus réussi à les voir depuis sa colline.

L’excursion comprend un sundowner, un apéro au soleil couchant. Il nous faut donc quitter les éléphants. Les voitures filent à toute vitesse car la quête des pachydermes a pris du temps et le soleil décline rapidement. C’est l’un des plus beaux couchers de soleil que nous ayons vu. Les couleurs sont flamboyantes, allant du orange au violet.

Afin de clore dignement cette journée exceptionnelle, nous prenons une bonne bouteille de vin blanc sud africain pour arroser un bon dîner. Nous goutons pour la première fois du crocodile. Ouais, bof ! Le koudou c’est meilleur. Et on s’endort en faisant de beaux rêves.