Cornacs et Khamus

Ce matin, on fait grasse mat’
Avec Laurent, on se lève avant les enfants pour aller faire un tour dans le village et au marché. Il n’y a pas un touriste, c’est paisible.
On trouve de tout ici, de la couenne de porc séchée (avec les poils !!! Beurk), du crapaud grillé et même de la Vache qui rit conservée sur une étagère (pourquoi s’embêter à la mettre au frigo !)
L’anglais est parfois approximatif… Allez houst !!
On traverse ensuite le Mékong en pirogue pour aller au Elephant Park, un sanctuaire géré par un groupe français qui tente de sauvegarder les éléphants d’Asie et d’éduquer les salariés à la préservation de l’environnement. Pour l’instant, ils n’ont que trois éléphants à eux et un en location. Ils aimeraient en acquérir davantage mais un éléphant coûte 50 000 $, c’est un sacré budget. Et en plus de l’éléphant, il faut payer le salaire du cornac qui s’en occupe.
Autrefois appelé le Royaume du million d’éléphants, le Laos n’en compte aujourd’hui plus que 500 environ, même si les chiffres plus ou moins officiels annoncent 1500. Ici, ils ne sont pas chassés pour les défenses car elles sont souvent très petites, mais pour leur peau et leur sang que les chinois convoitent pour améliorer leur libido ou guérir le cancer. Encore des conneries qui risquent d’éradiquer une espèce !!

On passe un moment avec les trois éléphantes, le mâle ayant été mis à l’écart momentanément pour cause de musth et donc d’agressivité potentielle. On leur donne des bananes dont elles raffolent, puis on les suit jusqu’au bord du Mékong pour le bain.

Avec notre hôtel, le Pakbeng lodge, en arrière plan :
Ici, pas de promenade à dos d’éléphant à la chaîne, pas de persécution, les animaux vivent en paix. Car, avant de monter sur le dos d’un éléphant, il faut que vous sachiez que dans beaucoup de camps, les animaux ont été dressés d’une manière qui s’apparente à de la torture, en subissant un rituel qui s’appelle le Phajaan. Cela consiste à « briser » l’éléphanteau pour qu’il perde son instinct sauvage et qu’il obéisse aux ordres comme un robot. Selon la croyance qu’on peut séparer l’esprit du corps, les éléphanteaux sont enfermés et attachés dans des cages exiguës, privés de nourriture, puis torturés à coups de piques pendant plusieurs jours. L’animal ressort soit mort soit complètement soumis et empreint de la peur de l’homme. Il est alors prêt à être dressé pour les travaux en forêt ou pour amuser les touristes. La plus vieille des éléphantes (48 ans) a subi ce genre de dressage pour effectuer des travaux en montagne et elle est en effet beaucoup plus docile et abîmée que la plus jeune (25 ans) qui a son petit caractère et amuse la galerie. D’ailleurs, elle se mouche sur moi au moment où je lui donne ses bananes ; je suis crépie de morve d’éléphant !!

Après le déjeuner, nous partons avec notre guide et deux accompagnateurs locaux pour une randonnée dans la jungle jusqu’à un village Khamu. Léo et Axel, ayant entendu qu’il y a des sangsues dans la forêt, préfèrent rester à l’hôtel avec leurs copains. Encore une fois, ça grimpe, ça glisse, il fait chaud, c’est dur, mais c’est beau !
L’humidité et la pénombre qui règnent dans la forêt favorisent la présence de sangsues de terre qui nous grimpent dessus. Il faut être vigilant pour les virer de nos chaussures avant qu’elles n’atteignent la peau pour nous vider de notre sang ! On se sent comme des aventuriers !

Au bout du sentier, nous arrivons au village. S’en suit une nouvelle séance de frisbee avec les enfants qui sont très réceptifs. J’ai vraiment eu une bonne idée en emmenant ces trucs ; ça ne prend pas beaucoup de place dans les valises, ça permet de créer un échange sympa et de faire plaisir aux petits en leur offrant autre chose que des stylos.
La journée se termine autour d’un lao lao coco, la pina colada à l’alcool de riz, avec un beau soleil couchant sur le Mékong.

Bye bye Africa – Le bilan

La nostalgie est bien présente ce matin. Nous sommes tous un peu tristes que le voyage se termine déjà. Nous quittons Hadassa guesthouse vers 8h30. Anne et Pascal nous font au revoir de la main en nous disant « bon, allez, à l’année prochaine ! »… Peut-être, qui sait ?

Arrivés à Windhoek vers 11h, nous allons au Craft market. C’est un ensemble immense de boutiques et stands qui vendent de l’artisanat local. On ne peut pas dire qu’il y ait grand chose qui soit à notre goût mais j’ai dans l’idée de ramener un éléphant en bois. Je trouve mon bonheur dans un stand qui propose des sculptures s’inspirant de la forme naturelle du bois. C’est plutôt original et au moins chaque pièce est unique. Plus loin, je craque aussi sur une tête de springbok en papier mâché constitué d’emballages de thé Rooibos recyclés. Elle est magnifique mais à taille réelle donc assez imposante. Ça va être pratique dans l’avion 🙂

Pour notre dernier repas sur le sol namibien, nous choisissons une institution locale : Joe’s Beerhouse. Un resto fait de bric et de broc où on mange bien pour pas cher, avec une bonne bière pour faire couler. L’occasion de déguster un dernier et excellent steak de koudou.

Le gardien du parking est marrant comme tout. On discute un peu avec lui ; il a des idées bien arrêtées sur la politique et notamment le choix des français aux dernières élections présidentielles. Il nous apprend aussi que ça chauffe de plus en plus entre Trump et Kim Jong-Un. Malheureusement, nous avons écoulé toute notre monnaie et notre nourriture et n’avons rien à lui donner. Je m’arrange du coup avec la serveuse du resto pour qu’elle charge notre carte bancaire de 10 dollars de plus et qu’elle nous donne un billet en échange.

Puis nous parcourons les derniers kilomètres qui nous séparent de l’aéroport. L’avion est là, il nous attend. Je trouve une place pour ma tête de springbok, tout va bien. Le vol retour se passe aussi bien que le vol aller.

En conclusion, on peut dire qu’on a tout aimé !

Ce qu’Axel a préféré : les nombreuses rencontres animalières à Etosha, et en particulier le lion, l’ascension des dunes à Sossusvlei, la visite de l’école Peri Naua.

Ce que Léo a préféré : la rencontre avec les guépards à Lapa Lange Game Lodge (et ils le lui ont bien rendu !), trouver les éléphants du désert dans le Damaraland, la visite de l’école Peri Naua.

Laurent et moi avons du mal à dire ce qui nous a le plus plu. Evidemment, trouver les éléphants du désert reste pour moi un grand moment plein d’émotion qui va rester ancré dans ma mémoire. Ce sont des images que je n’oublierai pas. Nous avons aussi beaucoup aimé Ameib Ranch ; un lieu hors du temps, paisible, beau (je parle du paysage hein, pas des chambres !), offrant des possibilités de balades très chouettes. On a également tous adoré faire du kayak parmi les otaries à Walvis Bay, dévaler les dunes de Sossusvlei et chercher les animaux à Etosha. Si c’était à refaire, nous referions exactement le même voyage, en ajoutant toutefois 3 jours de plus pour traverser le Kaokoland et aller jusqu’à Epupa Falls.

 

Le Roi Lion à Etosha, suite et fin

Ce matin, en faisant le check-out à la réception, je jette un oeil au cahier dans lequel les gens peuvent inscrire ce qu’ils ont vu comme animaux notables (genre y’a pas les antilopes ni les zèbres ni les girafes !) et où ils les ont vus. Je découvre alors avec stupéfaction qu’un lion a été vu hier à 7h15 au point d’eau de Goas. Mais on y est allé à Goas hier et il n’y avait pas une seule voiture et peu d’animaux ! Étrange…

Comme de toute façon c’est sur notre route puisque nous devons rejoindre Namutoni, on y va. Un lion peut rester assez longtemps au même endroit s’il a mangé alors on croise les doigts.

En arrivant à Goas, nous comprenons qu’hier nous ne sommes pas allés assez loin. Le chemin contourne le point d’eau qui est en deux parties et nous nous sommes arrêtés au premier parking. Grossière erreur !

On voit plusieurs voitures face aux arbres derrière le point d’eau. Bon, a priori, le lion est toujours là. Reste plus qu’à se trouver une place entre les autres voitures. On arrive à se faufiler et là… Wahou !!!!!!! Un beau mâle avec une énorme crinière se prélasse sous un arbre. On a trouvé notre Roi lion ! Du coup, on passe la matinée à guetter le moindre de ses mouvements et le moins qu’on puisse dire c’est que ça dort beaucoup un lion !!!!! Il n’y a que quand un couple de chacals approche un peu trop près ou qu’un oiseau, genre grosse pie, vient grappiller un bout de son repas qu’il daigne se lever.

On le distingue mal à gauche sur la dernière photo mais, en réalité, notre lion veille sur une proie qu’il a dû chasser avec ses acolytes qu’on aperçoit plus loin. Ils sont partiellement masqués par des branches mais on voit bien la crinière d’un jeune mâle et la tête d’une lionne. Trop loin cependant et trop à l’ombre pour prendre des photos correctes. Quant à la proie, on hésite entre un éléphanteau et un rhino : c’est gris, c’est gros mais on ne voit pas la tête.

Nos voisins de voiture nous donnent un indice et nous font bien rire au passage ! Ils nous disent qu’hier, ils ont vu le lion au même endroit et qu’il faisait la sieste avec un rhino. On leur répond : la sieste ? vous êtes sûrs ??? Il y a bien toujours un gros truc gris couché à côté de lui mais il a l’air un peu mort, non ? Si regardez, on voit les tripes qui sortent…
On n’est pas chez Walt Disney là, à Etosha, les lions ils les bouffent les rhino, ils ne s’en font pas des copains !

Pendant ce temps, trois gros éléphants sont arrivés derrière nous et prennent un bain.

Le bain des éléphants à Etosha from Virginie MORIN on Vimeo.

Bon, c’est bien beau tout ça mais on doit avancer un peu si veut rejoindre Namutoni Gate avant la nuit. Et nos adorables voisins de voiture nous ont dit d’aller au point d’eau de Kalkheuwel car ils y ont vu plein d’éléphants. Cette fois, on veut bien les croire 😉

Et en effet, il y a un grand troupeau d’une vingtaine de pachydermes. Des petits qui jouent, un bébé qui tète sa mère, des jeunes qui testent leur virilité en faisant mine de charger sur les voitures et sur les girafes, des mâles immenses qui surveillent tout ce petit monde… C’est un véritable spectacle à la fois drôle, captivant et émouvant. Les garçons se marrent car, le bébé étant toujours derrière sa mère, à un moment elle lui fait caca sur la tête (on le voit sur les 3e et 4e photos). Pauvre chou !

Un bel oiseau multicolore en route : le rollier.

Et aussi le Zazu du Roi Lion, un calao à bec jaune. Remarquez au passage les épines monstrueuses des acacias. Je ne sais pas comment font les girafes pour réussir à manger les feuilles sans se piquer la langue !

Au point d’eau de Chudob, j’arrive enfin à voir une girafe en train de boire. Elles sont trop marrantes quand elles écartent les pattes pour pouvoir atteindre l’eau. Etre grande, c’est bien pour manger les acacias mais pas hyper pratique pour boire au ras du sol !

Vous avez vu Pumbaa, le phacochère ?

La girafe du fond chope un truc par terre et le garde dans sa bouche. On dirait qu’elle fume une cigarette ! En fait, les girafes sucent des os qu’elles trouvent au sol ; ça leur apporte du calcium. Beurk !

C’est alors qu’on aperçoit un éléphant solitaire – un grand mâle – qui sort d’un bosquet. Il se dirige vers le point d’eau mais s’arrête à mi-chemin puis bifurque vers le parking. Tout en continuant à observer les girafes, on garde un oeil sur lui. Il s’approche au bord du parking où sont stationnées deux voitures. Tout à coup, il s’énerve après elles en barrissant. La démonstration d’autorité est suffisamment convaincante pour que les deux véhicules prennent la poudre d’escampette ! Impressionnant ! Avec ses grandes oreilles et sa stature, l’éléphant d’Afrique en impose vraiment.

Éléphant en colère à Etosha from Virginie MORIN on Vimeo.

On termine notre visite d’Etosha en faisant le tour du Fisher Pan où nous croisons encore deux gros éléphants, dont un qui traverse la piste devant nous, des girafes, des gnous et deux rolliers.

On doit sortir du parc pour rejoindre notre lodge de ce soir. Je me prend la tête avec la ranger à la sortie du parc car je pensais pouvoir retourner dans le parc demain matin mais elle m’affirme que si on sort, il faudra repayer pour entrer à nouveau. Pourtant, nous sommes le 22 juillet et j’ai payé le 20 juillet à 11h15 un permis pour 3 jours (3 x 24h), donc censé être valable jusqu’au 23 à 11h14 ! Oui mais comme on sort, le permis n’est plus valable ! Ça m’énerve parce que j’ai bien précisé à la nana peu aimable qui m’a fait payer à Okaukuejo que nous passions la 3ème nuit à l’extérieur du parc. Alors pourquoi m’a t’elle fait payer pour 3 jours ?!?! Finalement ça ne m’étonne pas plus que ça car elle ne m’écoutait qu’à moitié, se retournant sans arrêt pour parler avec sa collègue. Les salariés du NWR sont les seules personnes désagréables auxquelles nous avons été confrontés jusqu’à présent.

Heureusement, notre lodge pour la nuit, le Mokuti Etosha Lodge, est top. Super beau et le buffet du dîner est énorme et très varié. On se régale. Et ici le personnel est très avenant.