Mes bonnes adresses à New York

Deux voyages à Big Apple nous ont permis de tester quelques adresses intéressantes que l’on partage ici avec vous.

Côté habillement :

Dave’s New York / 581, 6th Avenue (Avenue of the Americas), entre  16 & 17th Street. LA bonne adresse pour les jean’s. Plus de choix pour hommes que pour femmes et enfants, mais avec l’aide des vendeurs on arrive généralement à trouver son bonheur. Les prix y sont vraiment intéressants.

Blues jean’s / 2 boutiques : 380 Broadway et 778, 8th Avenue (entre 47 & 48th Street). Moins de choix de Levi’s que chez Dave’s mais prix équivalents et le choix de vêtements, autres que jean’s, est plus varié.

Abercrombie & Fitch / 2 boutiques : 720, 5th Avenue et 199 Water Street. A faire même si on n’a pas l’intention d’acheter… rien que pour le plaisir de contempler les beaux vendeurs ;-). A l’entrée de la boutique de la 5th avenue, on peut même se faire prendre en photo avec « Mister tablettes de chocolat » ! Les vêtements sont très bien aussi ! Et comme il n’y a qu’une adresse en France, on est sûr de ramener des vêtements qu’on ne trouvera pas sur tout le monde.

Côté restaurants :

Au pays du Hamburger, nous on a choisi de manger… des hamburgers et pratiquement rien d’autre !! Alors la liste de mes bonnes adresses de resto n’est pas très diversifiée. Je vais quand même commencer par celles qui ne proposent pas de hamburgers.

Levain bakery / 167, W 74th Steet. Il faut avoir mangé au moins un de leurs cookies, délicieux, énormes et fondants, avant de mourir !!! A déguster dans Central Park, assis sur un banc en écoutant un jazzman.

Chelsea Market / 75, 9th Avenue (entre 15 & 16th Street). Il ne s’agit pas d’un resto mais de plusieurs, installés dans une ancienne fabrique de biscuits Oreo. L’intérieur du bâtiment vaut le coup d’œil pour lui même mais au Chelsea market, on trouve aussi de bonnes boulangeries-pâtisseries, de l’épicerie fine, du vin, un show-room de jeunes créateurs et plein de possibilités pour manger équilibré. Mon adresse préférée est The Lobster Place : une poissonnerie où l’on peut déguster sur place des sushis, huîtres et homards du Maine. Les homards sont cuits à la demande, en 2 minutes à la vapeur, et servis avec citron et beurre. Le plus difficile est de trouver une place pour s’asseoir aux tables peu nombreuses de la poissonnerie ou dans le couloir du marché.
Site web Chelsea Market

Chelsea market - notre pique-nique du midi : un homard du Maine tout frais, excellent !

Chelsea market

 

 

 

 

 

 

 

The Garage / 99, S 7th Avenue. Ce restaurant de Greenwich Village propose un jazz brunch le week-end. Au menu on trouve les fameux œufs Benedict, des omelettes, salades et divers sandwiches (bagel, hamburger…), que l’on déguste un cocktail à la main en écoutant un groupe de jazz. Très sympa.
Site web The Garage

Island Burgers ans Shakes / 766 9th Ave (entre 51 & 52th Street). Un tout petit resto de Hell’s Kitchen qui offre une carte impressionnante de burgers originaux et de churrascos. Le cuisto a la main lourde sur les épices alors mieux vaut demander lors de la commande si le plat choisi n’est pas trop épicé ou choisir dans les plats « mild ». Les frites maison servies en accompagnement sont excellentes.
Site web Island burgers and Shakes

The Burger Joint / 119 W 56th Steet. Dans le lobby chic du Parker Meridien, se cache cette « gargotte », un brin décalée côté déco, où l’on mange l’un des meilleurs burgers de New York ! On choisit ses ingrédients (sur un petit papier si on n’est pas bilingue !), on donne son prénom et on nous appelle quand c’est prêt. A l’heure de la pause déjeuner, les touristes s’y croisent avec les new yorkais en costume-cravate.
Site web Burger Joint at Le Parker Meridien

Shake Shack / plusieurs adresses (voir leur site web) mais le premier resto était celui du Madison Square Park, au pied du Flatiron building. On n’a pas testé tous les fast-food de New York (heureusement pour notre ligne !) mais il semblerait que Shake Shack fait les meilleurs burgers de la ville.
Site web Shake Shack

Mustang Harry’s / 352 7th Avenue (entre 29 & 30th Street). Ce resto avait l’avantage d’être tout près de notre hôtel et d’être calme. C’est important car New York est une ville très bruyante et trouver un resto sans musique à fond ou foule criarde n’est pas toujours simple ! Bons hamburgers, excellentes frites maison et carte bien fournie de bières et vins américains.
Site Web Mustang Harry’s

 

4 jours à NYC

Wahouuu !!!!! J’ai vu New York !

Cette ville est phénoménale, grandiose, éclectique, attachante… les qualificatifs ne manquent pas et sont tous appropriés. Ces 4 jours ont été très speed car nous voulions voir un maximum de choses en si peu de temps. Donc levés tôt le matin et couchés pas trop tard le soir, on a arpenté les avenues sans relâche !

Je précise que pour ce voyage, nous n’avons pas emmené les enfants, trop petits pour apprécier et pour marcher… car on a beaucoup marché : 20 km environ par jour. On a voyagé sur Continental Airlines : très bien, écrans individuels avec films, musique, jeux. Le personnel de bord était assez sympa aussi. L’arrivée à l’aéroport, et surtout le passage de l’immigration, a été plus rock-n-roll, les agents de l’immigration ne faisant aucun effort pour parler lentement afin de se faire comprendre !

  •  jeudi 2 octobre :

Un tour en bus nous a permis d’avoir un bon aperçu des sites et quartiers que nous voulions voir. On est passés évidemment par Ground zero (vue panoramique du chantier depuis le centre commercial situé à l’ouest de la place), south street sea port, l’ONU, fifth avenue… Puis, à peine la valise posée à l’hôtel, on a foncé au Rockefeller center pour réserver nos billets afin de voir New York d’en haut, du Top of the Rock, à la tombée de la nuit. En attendant l’heure, on a visité le quartier, St Patrick’s cathedral et les magasins de luxe sur la 5th avenue. En arrivant vers 18h au Rockefeller, après une montée ultra rapide en ascenseur, on a donc pu voir le soleil se coucher et la ville changer d’aspect. Un moment magique… Du Top of the Rock, les taxis jaunes paraissent tout petits et les bruits des sirènes lointains.

Ensuite, j’ai obligé Laurent (qui était claqué et ronchonnait à l’idée de marcher ;-)) à aller jusqu’à un resto branché que j’avais repéré sur le guide du routard. En plus j’ai réussi à me perdre (faut le faire pour se perdre à NY !) alors on a marché plus que prévu… oups ! On a donc apprécié notre premier burger du voyage au Vynl sur la 9th avenue, que je recommande pour la déco, l’ambiance et les toilettes ! Puis dodo à 21h30.

La vue du Rockefeller :

 

 

 

 

 

 

  •   vendredi 3 octobre :

C’est avec un plan du métro dans une poche et le plan de Mahnattan dans l’autre que nous sommes partis dès 8h pour notre trek urbain. Direction Grand Central Station qui est une gare magnifique où les new yorkais courent dans tous les sens. A deux pas de là, j’ai pu voir de près mon building préféré : le Chrysler building… majestueuse masse d’acier. On a marché jusqu’à l’ONU en passant au pied de buildings tous plus hauts les uns que les autres, puis on est allés faire un tour chez FAO Schwartz, grand magasin de jouets devant lequel un garde (style garde républicaine) vous accueille, juste à côté de l’Apple store.

Quelques vues du Chrysler building, de la Trump tower et son jardin suspendu et de la police new yorkaise qui est omniprésente :

 

En fin de matinée, on a mis le cap vers Madison square et le Flatiron building qui doit son nom à sa forme en fer à repasser.  Notre fin de journée a été consacrée au quartier financier de Wall street. Evidemment, nous sommes retournés voir Ground zero en passant devant la caserne des pompiers de Liberty street, qui était au pied des Twin towers. On ressent une véritable émotion devant ce chantier gigantesque. La petite église Trinity church, noyée au milieu des immenses buildings, est un hâvre de paix et plus haut sur Broadway, la St Paul’s chapel sert aujourd’hui de mémorial. C’est ici que les pompiers et sauveteurs venaient se reposer et se recueillir. Dans un autre style, le NYSE (New York stock exchange) est envahi par les télévisions du monde entier… c’est la crise !

Le Flatiron building

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En soirée, c’est Times Square que nous découvrons tout ébahis ! C’est là que l’on ressent le plus la démesure américaine. Ca brille, ça clignote, c’est bruyant, c’est grand, c’est haut… On en prend plein les yeux ! Et alors quand on entre au magasin Toys’r us, on pense aux enfants restés en France parce que s’ils voyaient ça on ne pourrait plus en sortir : des dinosaures géants, l’Empire state building en légos… et une grande roue dans l’entrée ! Dans la rue, quelques énergumènes viennent sur Times square pour se faire remarquer, comme le fameux nacked cow-boy, pas mal pour son âge 😉

 

 

 

 

 

 

 

  •  Samedi 4 octobre :

Levés encore de bonne heure à cause du décalage horaire, on prend le métro pour visiter  Chelsea, Greenwich village, Soho et Little Italy. C’est marrant comme la physionomie des quartiers change de l’un à l’autre. On entre dans le métro en étant entourés de hauts buildings, on en ressort dans une petite rue bordée d’arbres et de maisons. Greenwich est mon coup de coeur ! C’est mignon, paisible, bucolique… et c’est le quartier de Rachel, Monica, Chandler, Joe et Ross 🙂 Qui ne connaît pas ???

 

 

 

 

 

 

 

Soho est le royaume des lofts, dont les prix sont tellement exorbitants que je n’étais pas capable d’en dire le montant correctement (trop de chiffres pour moi !). En tous cas, c’est agréable de s’y balader. Par contre, on a cherché un bon moment un resto recommandé par le guide du routard comme étant une institution… mais on n’a jamais trouvé Jerry’s. Normal, on vient d’apprendre qu’il est fermé ! Alors on s’est rabattus sur un petit resto italien très sympa dans Little Italy, qui est vraiment « little » !

Mon futur loft à Soho 😉

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite, on a repris le métro pour aller à Brooklyn, faire un petit tour dans les rues vers Brooklyn Heights et passer le célèbre pont à pied pour retourner vers Manhattan avec la vue sur les buildings du financial center. Je me suis un peu embrouillée dans les stations de métro et on est sortis plus loin que prévu. Pas grave, on a découvert un peu plus Brooklyn ! D’ailleurs, c’est très sympa. Les maison ont beaucoup de charme et c’est plus calme qu’à Manhattan ; ça fait du bien ! La vue depuis Brooklyn Heights sur la skyline est saisissante ! Encore une fois, on mesure l’immensité de la ville et de ses buildings… mais il est vrai que l’absence des Twin towers crée un manque dans ce paysage.

En fin d’après-midi, on est remontés vers Union square pour faire un tour chez Macy’s, les galeries Lafayette locales, mais c’est tellement grand qu’on avait même pas envie de faire du shopping… trop décourageant toutes ces allées et ces étages ! En revanche, on a dégoté une super boutique, qui ne ressemble pas à grand chose mais qui vend des Levi’s à des prix pas chers du tout : ça s’appelle Dave’s et c’est sur the avenue of the Americas. 3 jeans et un polo pour 100 €… qui dit mieux ?

Après cette longue marche à travers les rues bruyantes de New York, j’avais envie de faire une pause dans un endroit calme. On s’est donc mis à la recherche d’un café ou d’un bar sans musique et où on pouvait boire un coup sans forcément manger. Ben on a pas trouvé ! Et on a échoué au Hard Rock Café… je vous le concède, pour le calme c’était râté 😮

Sur Times Square, on nous avait donné une pub pour une croisière autour de Manhattan. Comme on avait choisi de ne pas faire la croisière pour se rendre au pied de la Statue de la Liberté (on ne peut plus monter dedans depuis le 11 septembre, donc on ne voyait pas l’intérêt), et qu’on n’avait pas le temps de prendre le ferry pour Staten Island, on a opté pour cette formule afin de de voir de plus près cette statue emblèmatique. Alors pour terminer cette belle journée, on a embarqué parmi beaucoup de touristes américains qui ont tous acheté le gobelet souvenir (devait faire 1 litre le gobelet !) qui était rempli ensuite à volonté sur le bateau pendant la promenade. Avec toutes ces tentations qui poussent à la consommation, on s’étonne moins du nombre d’obèses croisés dans les rues ! En tous cas, la croisière était très sympa même s’il ne faisait pas chaud ! On a enfin pu s’approcher de Miss Liberty. Et New York la nuit, c’est encore plus beau et impressionnant que le jour.

 

 

 

 

 

 

  •  Dimanche 5 octobre :

Dernière journée dans la grosse pomme. On va découvrir Chinatown car il paraît que le dimanche il y a un marché dans les rues. On prend le métro et je me trompe encore d’arrêt ; on sort donc un peu plus à l’est que prévu, dans un quartier pas très engageant ! On retrouve vite le chemin de Chinatown et quittons ces lieux qui ne nous inspirent pas confiance ! Et là, on est littéralement transportés en Asie !!! Tout est écrit en chinois, les magasins vendent des fruits et légumes non identifiés (jamais vus !), idem pour les poissons, des trucs bizarres comme des embryons de bêbettes dans des bocaux, et des poulets crus sont exposés dans les vitrines. On avait prévu de manger dans un resto chinois à midi, mais on change d’avis ! On a remarqué que, dans Chinatown, il n’y avait aucun taxi jaune. Visiblement, ils ont leur propre réseau de taxis… une ville dans la ville !

En tous cas, nous, c’est bien dans un taxi jaune qu’on est montés pour changer de quartier. Ils ont une conduite très spéciale : il accélèrent vachement entre chaque feu et pilent au feu rouge ! Nos pérégrinations new yorkaises se sont terminées par une promenade romantique dans Central Park. Les joggers du dimanche font parfois leur footing en tenant plusieurs chiens en laisse ou en poussant une poussette devant eux (!), d’autres sont en roller. On est étonnés de voir à quel point le parc peut être sauvage par endroits, on se croirait en pleine campagne et on n’entend même plus les bruits de la ville… c’est dire si ce parc est grand !

Après le pique-nique, il est temps de rejoindre l’hôtel où la navette nous attend pour retourner à l’aéroport. Ces 4 jours furent denses et magiques. On repart enchantés en se disant qu’on reviendra avec les enfants quand ils seront plus grands.

Plus de photos ici