Bye bye Vancouver

Dernier jour à Vancouver, dernier jour au Canada…

On boucle les valises puis on part pour un dernier tour en ville. Il nous faut acheter quelques souvenirs et des cartes postales (ben quoi, il est en encore temps !!!). On parcourt donc les rues de Gastown et le quartier autour de Robson street en quête de sirop d’érable, artisanat indien et compagnie.

Vancouver, British Columbia, CanadaJe ne me lasse pas d’écouter la sonnerie de l’horloge à vapeur de Gastown.

Horloge à vapeur, Vancouver from Famille MORIN on Vimeo.

Gastown, Vancouver, British Columbia, CanadaVancouver, British Columbia, CanadaLa réceptionniste de l’hôtel a accepté de nous appeler un taxi pour 13h30. Il est pile à l’heure et nous arrivons à l’aéroport peu après 14h pour notre vol prévu à 16h30.

295Moi qui suis super rassurée en avion :-), je croise fortement tout ce que je peux croiser pour que ce vol soit moins stressant qu’à l’aller ! On embarque à l’heure et rapidement, on quitte notre stationnement, on roule vers la piste de décollage… tout va pour le mieux. C’est alors que le pilote nous annonce qu’il y a une anomalie sur un moteur ! Mais c’est pas possible ça, quelle poisse !!!!!! Il coupe tout, puis redémarre, et cette fois c’est bon, on peut partir. Un vol nickel, sans turbulences, et un atterrissage parfait, voilà qui clôt notre voyage en famille dans l’ouest du Canada.

Le bilan :

  • Les enfants ont adoré ce voyage, notamment les nombreux animaux que nous avons croisés. Je crois qu’ils garderont longtemps les souvenirs du dernier ours que nous avons vu de tout près et de l’orque qui est venue se frotter au zodiac. Ils sont fiers d’avoir réussi à faire toutes les randonnées, et particulièrement les deux plus difficiles : Iceberg lake au parc de Glacier et Big Beehive au lac Louise.
  • Laurent a beaucoup aimé aussi, à peu près pour les mêmes raisons que les enfants. La rencontre avec les orques qu’il attendait tant a enfin eu lieu. La combinaison faune sauvage / vacances sportives a fait l’unanimité dans la famille.
    En revanche, lui qui s’était acheté une doudoune légère, exprès pour le voyage sur mes recommandations, m’a gentiment fait remarquer qu’au-delà de 20° (on a rarement eu en-dessous) ce n’était pas très utile…
  • Pour ma part, je suis agréablement surprise. Je pensais me lasser de tous ces lacs, toutes ces montagnes et toutes ces plages. Non, je ne suis pas blasée ! c’est juste que je n’étais pas convaincue que cette destination me dépayserait vraiment. Et en fait si. C’était moins dépaysant que Yellowstone et les parcs de l’Utah, par exemple, mais ces espaces immenses, la proximité des animaux et les couleurs sont assez inédits. Et puis on a croisé très peu de français, beaucoup moins que dans l’ouest américain, et pour le coup ça dépayse !
  • Nous sommes tous d’accord sur autre chose : les voyage en famille, c’est génial !!! Vivre ces expériences ensemble et partager ces souvenirs, c’est une chance inouïe. On devient addict !

Lake Louise. Sacré Big Beehive !

Voir le lake Louise depuis un point de vue en hauteur, c’est juste indispensable pour se rendre compte de sa couleur laiteuse due au silice contenu dans l’eau.

Pour ne pas se faire avoir et trouver une place sur le parking (pas à 1 km comme hier !), nous sommes arrivés au lake Louise à 9h30. Comme Axel avait oublié sa poche à eau à l’hôtel, on a commencé par chercher un point d’eau, puis le temps de mettre les chaussures, le répulsif à moustique, etc., on a démarré la rando à 10h. Il y a plusieurs chemins qui partent à droite de l’hôtel Fairmont, sorte de « château » à la mode américaine. On a choisi de faire le circuit Big Beehive combiné au lac Agnès.

Pas le temps de se chauffer un peu, on attaque directement la montée. Et on ne fera que monter, monter, monter jusqu’au Mont Big Beehive, sans répit pour nos pauvres jambes. La rando fait environ 10 km et 370 mètres de dénivelé. C’est presque autant de dénivelé que pour Iceberg lake l’autre jour mais sur 6 km de moins. Autant vous dire que ça grimpe sec ! Pour des non initiés à la marche en montagne, le challenge est de taille !

Big Beehive, Banff, Lake Louise

Au bout de 2,7 km, on atteint Mirror lake dans lequel le Mont Big Beehive se reflète. Et dire qu’on va monter tout là-haut !!!

Big Beehive, Banff, Lake Louise Big Beehive, Banff, Lake Louise

On fait une pause, on joue à cache cache avec un écureuil qui attend les miettes des gâteaux des enfants, puis on repart vers notre objectif, ce sommet qui nous effraie un peu. On se dit qu’on n’a pas fini de souffrir !

Big Beehive, Banff, Lake Louise

Heureusement, des points de vue sur le lac Louise en contrebas sont autant de prétextes à faire des arrêts pour récupérer un peu.

P1060771

Après une dernière montée d’un kilomètre, très raide et sur un sentier caillouteux, la délivrance est proche ! On n’en peut plus ! Encore quelques pas, de plus en plus lourds, et on peut enfin contempler le lac Louise. Magnifique !

Big Beehive, Banff, Lake Louise

Big Beehive, Banff, Lake Louise

A cette hauteur, les canoës qui sillonnent le lac ne sont plus que des points à la surface de l’eau. Et même l’immense château-hôtel Fairmont paraît petit.

Big Beehive, Banff, Lake Louise Big Beehive, Banff, Lake Louise

IMG_2602

Le pique-nique est bienvenu pour reprendre des forces avant d’attaquer la descente en passant par le lac Agnès. Encore une couleur différente. Sur la troisième photo, on devine le sentier que l’on va emprunter pour contourner le lac.

P1060787 P1060788 Big Beehive, Banff, Lake Louise

Lake Agnes, Banff Lake Agnes, Banff

Durant presque toute la randonnée, on a pu voir une partie des glaciers qui encadrent le lac Louise. Et dire que dans quelques années ils n’existeront plus…

Lake Louise, Banff Lake Louise, Banff

Nous étions de retour au bord du lac à 16h. Soit 5 heures de marche avec les arrêts photos, plus une heure de pique-nique. On a bien mérité la pause piscine/jacuzzi et un bon repas au Bill Peyto’s Café juste en face de notre hôtel !

Demain on change de couleur ! C’est un lac émeraude que l’on va découvrir.