De la Thaïlande à Paris

Vu qu’il nous faut aller à Chiang Maï cet après-midi pour reprendre l’avion et que Chiang Raï est à 3h30 de route de Chiang Maï (ça va, vous suivez ?)… La réception nous réveille à 5h30, à la demande de notre chère guide. Et pourquoi se lève-t-on si tôt ? Pour aller visiter 2 temples. Léo et Axel sont ravis !

Le premier temple est le Wat phra Kaew. Au Laos, temple se dit « Vat » ; en Thaïlande, c’est « Wat ». Tous les temples nommés Vat Phra Keo (comme celui que nous avons visité à Vientiane) ou Wat Phra Kaew ont en commun d’avoir abrité le bouddha d’émeraude qui est aujourd’hui à Bangkok. Ici, il s’agit d’une réplique en jade.
A cette heure matinale, les rues sont encore très calmes et nous sommes les seuls touristes dans le temple. Les extérieurs sont très fleuris, c’est super joli et soigné.
Nous assistons discrètement à l’appel et à la prière des moines dans la salle qui abrite un énorme bouddha en bronze.

A quelques kilomètres à la sortie de Chiang Raï, nous visitons ensuite le temple blanc. Le Wat Rong Khun. Ce temple surprenant est tout récent et pas encore terminé. Il est l’œuvre d’un artiste local de renom, qui voulait rendre hommage au roi Rama IX (décédé depuis en 2016) et à sa ville natale. Il paraît qu’il ne sera pas terminé avant 2070 !!!

On atteint le temple grâce à une passerelle qui enjambe des mains représentant la tentation et/ou l’enfer de ceux qui n’y ont pas résisté. Je vous propose un petit jeu : retrouver, parmi toutes les mains, celle qui fait un doigt d’honneur !
Dans la salle de prière et à l’extérieur, de nombreuses allusions sont faites aux tentations de ce monde et à l’impact destructeur de l’homme sur la Terre. Les traditions bouddhistes se mélangent aux films fantastiques hollywoodiens (Matrix, Star Wars…) et aux Twin Towers détruites par les attentats. C’est… bizarre ! Et comme par hasard, ce temple plait beaucoup aux garçons !

Un peu partout sont suspendus des milliers de pendentifs porte-bonheur. Léo et Axel en achètent un mais veulent le rapporter à la maison.

Le bâtiment des toilettes est particulièrement… doré !
Une petite photo souvenir kitch, à l’image de ce temple !
Nous faisons route ensuite vers Chiang Maï en traversant de jolis villages et des rizières.
Après un déjeuner pas terrible dans une usine à touristes (le Flunch local, en quelque sorte), la guide nous emmène dans une fabrique artisanale de soieries. C’est l’occasion de voir enfin les femmes travailler sur les métiers à tisser… et pour notre guide, de toucher sa com sur les achats ! Tout ce que je déteste dans les voyages en groupe !
Nous arrivons à l’aéroport en milieu d’après-midi pour prendre l’avion à 17h40. Retour en France via Singapour, comme à l’aller, avec Singapore airlines (au top cette compagnie !).

Voici l’heure du bilan venue.

Notre ressenti est assez mitigé, en grande partie à cause du « format » du voyage. Le Laos est un joli pays, accueillant et tranquille, presque confidentiel, mais qui se visite en individuel, pas en groupe. Le circuit proposé par le CE était alléchant sur le papier mais finalement un peu mensonger. Plusieurs visites sont passées à l’as car elles tombaient un dimanche ou un jour férié. Une bonne agence aurait anticipé ces « détails » mais pas ASEV Travel ! Notre guide, Vic, a été vraiment au top, très pro, super gentil et a essayé de rattraper comme il a pu ces défaillances de l’agence. Heureusement qu’il était là.

Les temples et les paysages sont beaux, très beaux même, mais les sites d’intérêt sont relativement éloignés les uns des autres et, vu l’état des routes, tout déplacement prend trois plombes (surtout en bus !). L’offre touristique est peu développée et, au départ, c’est ce qui nous a décidé à aller au Laos ; l’inconvénient, c’est qu’on s’est parfois ennuyés mais si nous avions été autonomes cela aurait été différent puisque nous aurions fait nos propres choix de visites et aurions pu nous arrêter où bon nous semble. Nous avons trouvé l’authenticité que l’on attendait d’un pays encore préservé du tourisme de masse. Nous avons apprécié le contact facile et désintéressé avec les laotiens. Nous avons vu aussi beaucoup de pauvreté et nous sommes parfois sentis gênés en traversant certains villages. C’est là que le Polaroïd et les frisbees nous ont rendu un grand service car on a pu nouer un bref échange et se sentir moins voyeurs. Encore une fois, le fait d’être en groupe a sûrement exacerbé ce sentiment de voyeurisme ; ce n’est pas pareil quand on débarque à 4 ou à 40 dans un petit village ! D’ailleurs, à Lombok, nous ne nous étions pas sentis gênés du tout quand nous avions visité le village et l’école de Segenter juste en famille.

Les enfants ont une analyse opposée à la nôtre ! Le voyage en groupe, ils ont adoré. Ils se sont fait des potes et ont aimé les visites. A partir du deuxième jour, ils ont squatté le fond du bus, mangé ensemble à chaque repas, partagé le même tuk tuk… Bref, ils ont vécu leur propre voyage, un peu en parallèle du nôtre ! Leur âge (et les frisbees) ont facilité les contacts avec les enfants laos. Et au final ils ont passé de super vacances !

En tongs sur le Mékong… on s’taille en Thaïlande…

J’arrête là les jeux de mots foireux derrière lesquels se cache toutefois la réalité : aujourd’hui, nous passons bien la journée à naviguer tranquillou sur le Mékong, donc on troque les chaussures de rando contre nos tongs. Et nous nous rendons bien en Thaïlande où nous devrions arriver en fin d’après-midi.

Encore une journée à écouter et regarder le riz pousser…

En se levant, on aperçoit notre bateau qui nous attend.
Et juste en face, les éléphants prennent leur bain.
Côté paysages, ça ne change pas beaucoup, si ce n’est que les montagnes se font plus basses et donc plus cultivées que sur la partie en aval de Pak Beng.

On croise des restes d’offrandes coincées dans les rochers.
Pour se dégourdir les jambes, on s’arrête dans un village Khamu où l’on retrouve les mêmes maisons en bambou et bois de teck, les mêmes greniers à riz et les mêmes bouilles d’enfants que dans les autres villages visités auparavant.

Régulièrement, les femmes du villages doivent ouvrir les sacs de riz stockés dans les greniers comme sur la photo au-dessus, afin d’aérer le riz qui se gorge d’humidité et finirait par pourrir. Elles étalent le riz sur des bâches ou des nattes en bambou et le laissent sécher au soleil avant de le remettre dans les sacs.

On débarque côté Laos et on passe la frontière en 1 heure avant de monter dans un bus qui nous emmène à Chiang Rai en 1h30. A part le marché de nuit où je négocie encore un bouddha (ça m’en fait 4 !), nous ne verrons pas grand-chose de la Thaïlande ce soir. En revanche, les enfants sont ravis car il y a des pommes de terre sautées au buffet ; ils en ont ras le bol du riz !

Cornacs et Khamus

Ce matin, on fait grasse mat’
Avec Laurent, on se lève avant les enfants pour aller faire un tour dans le village et au marché. Il n’y a pas un touriste, c’est paisible.
On trouve de tout ici, de la couenne de porc séchée (avec les poils !!! Beurk), du crapaud grillé et même de la Vache qui rit conservée sur une étagère (pourquoi s’embêter à la mettre au frigo !)
L’anglais est parfois approximatif… Allez houst !!
On traverse ensuite le Mékong en pirogue pour aller au Elephant Park, un sanctuaire géré par un groupe français qui tente de sauvegarder les éléphants d’Asie et d’éduquer les salariés à la préservation de l’environnement. Pour l’instant, ils n’ont que trois éléphants à eux et un en location. Ils aimeraient en acquérir davantage mais un éléphant coûte 50 000 $, c’est un sacré budget. Et en plus de l’éléphant, il faut payer le salaire du cornac qui s’en occupe.
Autrefois appelé le Royaume du million d’éléphants, le Laos n’en compte aujourd’hui plus que 500 environ, même si les chiffres plus ou moins officiels annoncent 1500. Ici, ils ne sont pas chassés pour les défenses car elles sont souvent très petites, mais pour leur peau et leur sang que les chinois convoitent pour améliorer leur libido ou guérir le cancer. Encore des conneries qui risquent d’éradiquer une espèce !!

On passe un moment avec les trois éléphantes, le mâle ayant été mis à l’écart momentanément pour cause de musth et donc d’agressivité potentielle. On leur donne des bananes dont elles raffolent, puis on les suit jusqu’au bord du Mékong pour le bain.

Avec notre hôtel, le Pakbeng lodge, en arrière plan :
Ici, pas de promenade à dos d’éléphant à la chaîne, pas de persécution, les animaux vivent en paix. Car, avant de monter sur le dos d’un éléphant, il faut que vous sachiez que dans beaucoup de camps, les animaux ont été dressés d’une manière qui s’apparente à de la torture, en subissant un rituel qui s’appelle le Phajaan. Cela consiste à « briser » l’éléphanteau pour qu’il perde son instinct sauvage et qu’il obéisse aux ordres comme un robot. Selon la croyance qu’on peut séparer l’esprit du corps, les éléphanteaux sont enfermés et attachés dans des cages exiguës, privés de nourriture, puis torturés à coups de piques pendant plusieurs jours. L’animal ressort soit mort soit complètement soumis et empreint de la peur de l’homme. Il est alors prêt à être dressé pour les travaux en forêt ou pour amuser les touristes. La plus vieille des éléphantes (48 ans) a subi ce genre de dressage pour effectuer des travaux en montagne et elle est en effet beaucoup plus docile et abîmée que la plus jeune (25 ans) qui a son petit caractère et amuse la galerie. D’ailleurs, elle se mouche sur moi au moment où je lui donne ses bananes ; je suis crépie de morve d’éléphant !!

Après le déjeuner, nous partons avec notre guide et deux accompagnateurs locaux pour une randonnée dans la jungle jusqu’à un village Khamu. Léo et Axel, ayant entendu qu’il y a des sangsues dans la forêt, préfèrent rester à l’hôtel avec leurs copains. Encore une fois, ça grimpe, ça glisse, il fait chaud, c’est dur, mais c’est beau !
L’humidité et la pénombre qui règnent dans la forêt favorisent la présence de sangsues de terre qui nous grimpent dessus. Il faut être vigilant pour les virer de nos chaussures avant qu’elles n’atteignent la peau pour nous vider de notre sang ! On se sent comme des aventuriers !

Au bout du sentier, nous arrivons au village. S’en suit une nouvelle séance de frisbee avec les enfants qui sont très réceptifs. J’ai vraiment eu une bonne idée en emmenant ces trucs ; ça ne prend pas beaucoup de place dans les valises, ça permet de créer un échange sympa et de faire plaisir aux petits en leur offrant autre chose que des stylos.
La journée se termine autour d’un lao lao coco, la pina colada à l’alcool de riz, avec un beau soleil couchant sur le Mékong.

De Paris à Vientiane

Jeudi 18 octobre : comme nous devons être à CDG à 9h demain matin, nous partons sitôt après le boulot pour Paris. Le bouclage des valises s’est fait un peu à l’arrache, j’espère qu’on n’a rien oublié… Cette fois, on prend soin de vérifier dans quel hôtel Laurent a réservé pour ne pas passer pour des imbéciles (cf. le début du voyage en Floride).

Vendredi 19 octobre : nous quittons notre hôtel de Roissy à 8h30 et allons nous garer au parking P1. Nous récupérons nos documents de voyage au guichet du TO, puis allons prendre le petit-déj après s’être enregistrés et avoir passé les contrôles. Notre avion est un A380 de la Singapore airlines. Le vol se passe super bien mais comme c’est un vol de jour, on trouve le temps un peu long… En revanche, la compagnie est super et le service à bord irréprochable.


Samedi 20 octobre – Arrivée à Vientiane

Il est un peu plus de 13 heures. Après une correspondance à Singapour et une escale dans le tout petit aéroport de Luang Prabang, nous arrivons enfin à Vientiane après 18 heures de vol. L’aéroport de Vientiane n’est pas bien grand et ne reçoit pas énormément de trafic donc la récupération des bagages est rapide, d’autant plus que notre avion n’est pas grand non plus donc il y a peu de passagers à débarquer.

On enchaîne directement avec le repas de midi dans un resto assez moyen qu’on s’est empressé d’oublier.

Nous avons très peu dormi dans l’avion, on se déplace en mode zombie ! Mais on arrive à mobiliser un bout de cerveau encore disponible pour la visite de Vientiane.

Il y a quelques jours, Léo m’a demandé quel était le programme du voyage. Il s’inquiétait du nombre de temples que nous allions visiter car, à Bali, il en avait un peu marre de visiter des temples tous les jours ! Je l’ai rassuré en lui disant que ce voyage au Laos serait plus varié… en omettant de lui parler de ce premier jour à Vientiane ! Ça commence mal pour lui car on visite deux temples – Vat Sisakhet et Vat Phra Keo – et le Pha That Louang, monument bouddhique emblématique du Laos (Ok, ce n’est pas un temple mais pour les enfants c’est tout pareil !).

Le premier, Vat Sisakhet, est d’influence siamoise et présente une coursive qui entoure le temple et dont les murs sont couverts d’alvéoles dans lesquelles les fidèles ont disposé de petits bouddhas deux par deux. Il y en a plus de 2000 (je fais confiance au guide, je n’ai pas recompté) ! Il est le seul temple de Vientiane à n’avoir jamais été détruit par les envahisseurs siamois, probablement grâce à son architecture. Ils n’allaient quand même pas détruire un monument religieux construit suivant leurs traditions.
La plupart du temps, on est autorisé à prendre des photos à l’extérieur mais pas à l’intérieur des temples. Dans tous les cas, il faut se déchausser pour y pénétrer et porter des vêtements qui couvrent les épaules et les genoux. Visiblement, ma jupe n’est pas assez longue et une gardienne me réprimande en me disant de mettre un sarong alors qu’on ne voit pas mes genoux et que d’autres touristes sont en short ! Ma tête ne doit pas lui revenir !

Le second temple, Vat Phra Keo, juste en face du premier, est magnifique, avec des dorures partout. Les immenses portes en bois sculpté ont d’ailleurs été exposées à l’Expo Universelle à Paris en 1937. Ce n’est pas un simple temple mais un monastère palais, construit pour abriter le bouddha d’émeraude piqué au Royaume de Siam et que les siamois (Thaïlandais) ont récupéré et ramené à Bangkok après la défaite de l’armée Lao en 1779. Depuis, le fameux bouddha est toujours à Bangkok, dans le temple Wat Phra Kew.
Sur le détail du pignon, on voit un éléphant à 3 têtes qui représente les 3 anciens Royaumes du Laos.
Dans la culture bouddhiste, les nagas sont des serpents qui représentent la protection ; on en voit dans quasiment tous les temples ou monuments bouddhistes, au pied des marches de la salle de prière ou entourant bouddha.
Le Pha That Louang, qui est le symbole de l’unité nationale, est le plus beau. Il a été construit en lieu et place d’un ancien temple Khmer. On ne peut pas y entrer mais rien que de l’extérieur on en prend plein les yeux. En plus, en fin de journée, la lumière est idéale pour mettre en valeur le stupa doré et le grand bouddha couché. Il y a une soixantaine de positions connues de Bouddha. Couché, il est mort et part pour le nirvana.

Nous avons été surpris par Vientiane qui est une petite capitale paisible. On s’imaginait une ville grouillante, odorante et bruyante mais au contraire, c’est assez tranquille.

En revanche, on ne sait pas comment ils s’y retrouvent dans les fils électriques !!! Quand il y a un problème, plutôt que d’essayer de retrouver le bon fil, ils doivent probablement en installer un autre… ce qui expliquerait cela :
Inutile de vous dire qu’on n’a pas fait long feu en rentrant à l’hôtel après le resto !

Dernier jour à Lombok et bilan

Ce dernier jour à Lombok se termine de la même manière que notre séjour a commencé sur cette île : baignade, bronzette, resto sur la plage. Nous profitons goulument du super petit-déj de l’hôtel, du soleil indonésien et des dernières brochettes de poulet à la sauce cacahuète (ces satay que j’aime tant).

IMG_1497

P1080754 P1080756

IMG_4875_DxOstandard

En début d’après-midi, nous partons vers l’aéroport de Lombok. Une foule dense se tasse sur les allées abritées qui mènent à l’entrée de l’aéroport. C’est impressionnant tout ce monde ! On ne sais pas ce qu’attendent tous ces gens, mais ce qui est sûr, c’est que nous sommes l’attraction de la journée ! Ils se pressent tous pour nous observer et ceux qui ont des téléphones nous prennent en photo.

IMG_1495

Nous enchaînons sans difficulté les 3 vols qui nous séparent de Paris où nous retrouvons avec stupeur la mauvaise humeur et les sourires à l’envers des français :-/

  • Bilan

Qui l’eut cru ? Cette première expérience de voyage en Asie a été très concluante ! Nous sommes tous les quatre enchantés. La combinaison paysages splendides-soleil-mer turquoise-sourires balinais a eu raison de nos dernières réticences. Nous avons beaucoup aimé Bali et nous avons encore plus aimé Lombok.

La saison était bien choisie. Bien que nous nous soyons fait rincer par quelques averses tropicales, la saison des pluies était quasiment terminée. Le gros avantage, c’est que les rizières étaient magnifiques et bien vertes. En juillet-août, elles sont souvent à sec et les pousses de riz tirent sur le jaune cramé. Autre avantage : ce n’est pas la haute saison, donc les touristes ne sont pas encore trop nombreux et on peut négocier les prix plus facilement, notamment pour les excursions.

Et qu’est-ce que ça fait comme bien de ne pas se demander comment on s’habille aujourd’hui, s’il va faire beau ou pas, chaud ou froid… Un short, un t-shirt, des tongs et en route !

Alors bien sûr, en seulement 10 jours, nous n’avons eu qu’un aperçu de l’Indonésie. Un bel aperçu d’un pays aux multiples facettes. Car si chaque île est aussi différente que l’est Bali de Lombok, cela laisse présager un tas de belles découvertes ! Je vous ai déjà dit que l’Indonésie compte plus de 17 000 îles ? 😉

C’est certain, ce premier voyage en Asie risque bien d’ouvrir la porte à de nombreux autres…