De Jasper à Kamloops par Wells Gray Park

IMG_2920IMG_2918IMG_2903 P1070109 IMG_2925P1070121Aujourd’hui, c’était nounours day !!!!!

Avant de voir de tout près ce bel ours brun, juste à la sortie de Jasper nous en avons aperçu un qui mangeait les céréales tombées le long de la voie ferrée. En pleine ville, ça fait tout drôle ! Regardez sur le pont :

P1070080 IMG_2890En milieu de journée, un petit tour dans le Wells Gray park nous a permis de voir encore de belles chutes d’eau. On a hésité à faire le détour mais l’idée de voir les quatrièmes plus hautes chutes du Canada (411 m) nous a convaincu. Voici donc les Helmcken falls, dans leur bel écrin de verdure :

Helmcken falls, Wells GrayMoins hautes mais impressionnantes par le canyon qu’elles ont creusé : Spahat falls

Spat falls, Wells Gray park Spat falls, Wells Gray parkEt enfin, le dernier arrêt dans le parc était pour Dawson falls, des mini chutes du Niagara (ça c’est pour Manue et Stan ;-))

Dawson falls, Wells Gray park Dawson falls, Wells Gray park Dawson falls, Wells Gray parkCe soir, on fait étape à Kamloops, ville a priori sans intérêt (sauf peut-être le resto mexicain où on a dîné). Si vous n’aimez pas quelqu’un, je peux vous donner le nom d’un hôtel… à conseiller à votre pire ennemi !!!

Maligne lake & canyon… ou presque

Bon, ben voilà, j’ai mal dormi en pensant à cet incendie aux portes de la ville et comme je m’en doutais, un mot sur la porte du bungalow nous apprend que la route qui mène au canyon et au lac Maligne est fermée à cause du feu ! Il va falloir changer nos plans pour la journée et faire une croix sur la sortie en canoë au lac Maligne. Heureusement qu’on en a fait au Emerald lake, sinon j’en aurais entendu parler…

D’ailleurs, Laurent trouve que ça sent la fumée. On ouvre la porte et, en effet, une forte odeur de fumée flotte dans l’air et le ciel est tout voilé. Depuis la route en hauteur où nous logeons, on ne voit presque plus la ville en contrebas. Sur la route, on a une impression bizarre d’apocalypse !

IMG_1135

Durant la nuit, la fumée s’est plaquée au sol et l’absence de vent fait que ça stagne dans la vallée.On ne voit plus non plus la montagne derrière laquelle le feu a pris.

Hier :

P1070016

Ce matin, au même endroit, on ne voit plus la montagne qui n’est pourtant pas loin :

IMG_1136

Changement de programme, donc. On décide de retourner sur la Route des Glaciers pour faire la promenade jusqu’aux Sunwapta falls. Cette fois, Axel est en forme et donc d’accord pour marcher !

Sunwapta falls

Après cela, de retour à Jasper, on s’offre une bonne pizza au feu de bois en terrasse. La fumée s’est dissipée un peu dans la matinée et l’air est redevenu respirable. Le soleil, jusque là masqué par la fumée, refait son apparition.

Dans l’après-midi, nous décidons de pousser jusqu’à Miette Hot Springs. Le lieu n’a rien d’exceptionnel, les hots springs se résument à une piscine d’eau chaude souffrée bondée de monde. En revanche, la route de montagne qui y mène est jolie et des rencontres animalières ont égayé le trajet : des mouflons avec leurs petits et des wapitis majestueux.

P1070071 P1070070

P1070035

wapiti, Jasper Wapiti wapiti, Jasper

wapiti, Jasper

Le wapiti qu’on voit sur la dernière photo était de l’autre côté de la route au départ, puis il a traversé et monté la dune derrière laquelle nous étions avec Laurent et Léo afin de photographier celui qui était dans le lac. Heureusement qu’Axel, qui était resté en haut de la dune, nous a prévenus sinon on se retrouvait nez à nez avec ! Et c’est gros et impressionnant comme animal !

J’aurais bien accroché un autre ours à ce tableau de chasse mais l’incendie a peut-être bien fait fuir les animaux…

Espérons que l’orage qui gronde ce soir éteigne le feu !

En tous cas, je ne sais pas si c’est l’orage, mais on a entendu les loups hurler pendant qu’on mangeait dehors.

Coupure de courant au bungalow, on s’éclaire à la lampe frontale pour se brosser les dents !

P1070078

Jasper National park… encore des glaciers !

Comme hier il faisait 30°, je pensais prendre le petit-déjeuner dehors ce matin… mais il ne fait que 12° ! On avale nos œufs au bacon et des toasts pour les enfants, puis on part sans tarder vers le Mont Edith Cavell. Une petite rencontre à quelques mètres de notre bungalow :

P1060952C’est une maman cerf mulet qui était avec son faon mais il bougeait tellement que nous n’avons pas pu le prendre en photo.

J’avais noté de ne pas arriver après 10h au Mont Edith Cavell car le parking est petit et vite complet, mais la plupart des gens ne vont qu’au point de vue donc ils ne restent pas longtemps. On s’asperge de répulsif à moustiques et on commence l’ascension sur le chemin de randonnée qui mène aux prés Cavell. Tout au long de la montée, il y a de superbes vues sur le glacier Angel (en forme d’ange, accroché dans la montagne), le glacier Cavell (en bas, au bord de l’eau) et le glacier Ghost. En août 2012, un énorme bloc de glace – la moitié du glacier Ghost en fait – s’est détaché de ce dernier et a provoqué une immense vague dans l’eau située à la base du glacier Cavell. L’avalanche a terminé sa course dans le lac situé 1 km plus loin. Depuis, il est interdit de s’approcher de trop près ! D’ailleurs, durant notre balade, nous entendrons plusieurs fois la glace craquer et chuter quelques mètres plus bas dans un grand fracas. Cela dit, ce n’est pas étonnant que les glaciers craquent et fondent ; ils ne sont qu’à moyenne altitude (environ 2000 m) et la température grimpe vite dans la journée. Car autant il faisait frais ce matin, autant dans l’après-midi le thermomètre est monté à 32° sous un soleil de plomb !

IMG_2769P1060972 P1060978 P1060988 P1060959 P1060960Le chemin est encore enneigé par endroits mais avec la chaleur qu’il fait, ça ne va pas tenir longtemps ! La proximité de la neige ne nous rafraichit même pas le temps du pique-nique.

IMG_2812 IMG_2826Côté faune, à part une marmotte, on n’a vu que des moustiques ! Des armées de moustiques, entrainées à piquer sans relâche et sans pitié même à travers les vêtements et sur chaque centimètre carré de peau non couverte de répulsif. De vrais vampires des Carpates !!!

Ici aussi, comme aux Etats-Unis, les voitures sont monstrueusement grandes !

P1060996En début d’après-midi, on continue vers les chutes Athabasca. Là, il n’y a quasiment pas à marcher mais Axel râle quand même ! Bon, c’est vrai que la randonnée du matin représentait une bonne grimpette (350 m de dénivelé) mais on a fait pas mal de pauses. Une petite douche fraîche sous le souffle des chutes et ça repart, il retrouve le sourire.

Chutes Athabasca P1070001 P1070006Après un peu de shopping à Jasper, on décide de boire un coup en terrasse. D’un coup, je montre à Laurent un drôle de nuage au-dessus de la montagne juste en face. Dans le ciel sans nuage d’aujourd’hui, ça semble d’autant plus surprenant. On comprend vite que c’est un départ de feu. Je demande à la serveuse, qui me confirme qu’un feu de forêt s’est déclaré il y a moins d’une heure à seulement 15 km de la ville mais que ça devrait aller… Elle me précise quand même que des gens ont été évacués de l’endroit qu’on doit visiter demain 🙁

En rentrant « chez nous », un attroupement au bord de la route nous indique qu’un animal est dans les parages. Vu le nombre de voitures arrêtées, ça doit être une grosse bête ! Ah oui, un ours brun ! D’abord on le voit le nez dans les buissons en train de manger des baies. Puis un ranger arrive et parle dans un porte-voix pour le chasser. Je vous ai raconté que les rangers US ont des fusils pour faire fuir les ours ; et bien au Canada, leur équipement est plus artisanal : une simple sorte de martinet avec des rubans noirs, jaunes et rouges (pour imiter le feu ?) qu’ils agitent comme une pom-pom girl (selon l’interprétation de Léo !). Au début, l’ours a regardé le ranger sans bouger, puis il a fini par partir en courant. Comme quoi, rien ne sert de sortir la grosse artillerie !

IMG_2839P1070022En regardant les infos dans la soirée, on apprend du chef des pompiers que le feu n’est pas maîtrisé, que juste 2 hélicoptères sont à l’œuvre et qu’aucun homme ne peut agir au sol. Mais… la ville de Jasper ne court aucun risque ! Je ne sais pas si je vais dormir sur mes deux oreilles malgré tout ! Et vu le secteur dans lequel le feu sévit, je crains fort que notre programme de demain soit compromis…

Route des Glaciers

De Lake Louise à Jasper se déroule la Route des Glaciers (Icefield Parkway). Sur plus de 230 km se succèdent des chutes d’eau, lacs, canyons, rivières tonitruantes, glaciers et champs fleuris. Les arrêts sont nombreux pour profiter de toutes ces beautés donc il faut la journée pour parcourir cette route en faisant une ou deux balades plus longues. Le clou de la Icefield Parkway se trouve à peu près à mi-chemin : le glacier Athabasca.

J’avais prévu un départ de Lake Louise à 9h mais toute la famille s’est bien adaptée à l’heure locale et on a du mal à démarrer tôt maintenant ! Donc on part à 9h30 et notre premier arrêt est pour le lac Bow et le glacier du même nom.

Lac Bow

A peine 3 km plus loin, un sentier mène en 10 à 15 minutes à un point de vue en hauteur sur le lac Peyto. Une merveille ! Sa couleur et sa forme en tête d’ours en font sans conteste un de mes lacs préférés avec le lac Emerald et le lac Moraine.

Peyto lake Peyto lake Peyto lake

Ensuite, c’est au Canyon Mistaya que nous nous arrêtons pour, de nouveau, une courte marche. La rivière Mistaya a creusé un canyon tortueux dans la roche calcaire.

Mistaya canyon Mistaya canyon

Il est midi passé et les estomacs commencent à grogner. On tente un arrêt au bord de la rivière Saskatchewan mais l’aire de pique-nique est fermée. C’est donc au bord du Ruisseau Coleman que nous mangerons nos sandwiches en compagnies de chipmunks pas farouches du tout qui quémandent à manger.

P1060922 P1060921

En début d’après-midi, on s’attaque à la montée vers le col Wilcox pour contempler le glacier Athabasca depuis la montagne de l’autre côté de la vallée. Après manger, la grimpette nous paraît difficile et interminable ! Une fois arrivés au premier point de vue (dont on se contentera !), nous ne nous attardons pas car il y a un vent à décorner les bœufs !!! D’ici on constate bien à quel point le glacier a reculé : il y a plus d’un siècle, il arrivait au niveau de la route actuelle.

P1060931 P1060928 P1060925

Après un bref arrêt aux chutes du Ruisseau Tangle, nous faisons une tentative de petite randonnée aux chutes Sunwapta mais Axel ne l’entend pas ainsi et refuse de marcher ! C’est pourtant très court – à peine 3 km aller-retour – mais la montée au col Wilcox et la chaleur l’ont trop fatigué.

P1060935 P1060937

On arrive à Jasper en fin d’après-midi, où nous attend notre petite cabane dans la forêt, au bord du lac Patricia. Super, on va être bien là ! En plus il y a de jolis wapitis qui se baladent dans le coin !

IMG_1131

P1060948

IMG_1132

Lake Louise. Sacré Big Beehive !

Voir le lake Louise depuis un point de vue en hauteur, c’est juste indispensable pour se rendre compte de sa couleur laiteuse due au silice contenu dans l’eau.

Pour ne pas se faire avoir et trouver une place sur le parking (pas à 1 km comme hier !), nous sommes arrivés au lake Louise à 9h30. Comme Axel avait oublié sa poche à eau à l’hôtel, on a commencé par chercher un point d’eau, puis le temps de mettre les chaussures, le répulsif à moustique, etc., on a démarré la rando à 10h. Il y a plusieurs chemins qui partent à droite de l’hôtel Fairmont, sorte de « château » à la mode américaine. On a choisi de faire le circuit Big Beehive combiné au lac Agnès.

Pas le temps de se chauffer un peu, on attaque directement la montée. Et on ne fera que monter, monter, monter jusqu’au Mont Big Beehive, sans répit pour nos pauvres jambes. La rando fait environ 10 km et 370 mètres de dénivelé. C’est presque autant de dénivelé que pour Iceberg lake l’autre jour mais sur 6 km de moins. Autant vous dire que ça grimpe sec ! Pour des non initiés à la marche en montagne, le challenge est de taille !

Big Beehive, Banff, Lake Louise

Au bout de 2,7 km, on atteint Mirror lake dans lequel le Mont Big Beehive se reflète. Et dire qu’on va monter tout là-haut !!!

Big Beehive, Banff, Lake Louise Big Beehive, Banff, Lake Louise

On fait une pause, on joue à cache cache avec un écureuil qui attend les miettes des gâteaux des enfants, puis on repart vers notre objectif, ce sommet qui nous effraie un peu. On se dit qu’on n’a pas fini de souffrir !

Big Beehive, Banff, Lake Louise

Heureusement, des points de vue sur le lac Louise en contrebas sont autant de prétextes à faire des arrêts pour récupérer un peu.

P1060771

Après une dernière montée d’un kilomètre, très raide et sur un sentier caillouteux, la délivrance est proche ! On n’en peut plus ! Encore quelques pas, de plus en plus lourds, et on peut enfin contempler le lac Louise. Magnifique !

Big Beehive, Banff, Lake Louise

Big Beehive, Banff, Lake Louise

A cette hauteur, les canoës qui sillonnent le lac ne sont plus que des points à la surface de l’eau. Et même l’immense château-hôtel Fairmont paraît petit.

Big Beehive, Banff, Lake Louise Big Beehive, Banff, Lake Louise

IMG_2602

Le pique-nique est bienvenu pour reprendre des forces avant d’attaquer la descente en passant par le lac Agnès. Encore une couleur différente. Sur la troisième photo, on devine le sentier que l’on va emprunter pour contourner le lac.

P1060787 P1060788 Big Beehive, Banff, Lake Louise

Lake Agnes, Banff Lake Agnes, Banff

Durant presque toute la randonnée, on a pu voir une partie des glaciers qui encadrent le lac Louise. Et dire que dans quelques années ils n’existeront plus…

Lake Louise, Banff Lake Louise, Banff

Nous étions de retour au bord du lac à 16h. Soit 5 heures de marche avec les arrêts photos, plus une heure de pique-nique. On a bien mérité la pause piscine/jacuzzi et un bon repas au Bill Peyto’s Café juste en face de notre hôtel !

Demain on change de couleur ! C’est un lac émeraude que l’on va découvrir.