Bye bye Africa – Le bilan

La nostalgie est bien présente ce matin. Nous sommes tous un peu tristes que le voyage se termine déjà. Nous quittons Hadassa guesthouse vers 8h30. Anne et Pascal nous font au revoir de la main en nous disant « bon, allez, à l’année prochaine ! »… Peut-être, qui sait ?

Arrivés à Windhoek vers 11h, nous allons au Craft market. C’est un ensemble immense de boutiques et stands qui vendent de l’artisanat local. On ne peut pas dire qu’il y ait grand chose qui soit à notre goût mais j’ai dans l’idée de ramener un éléphant en bois. Je trouve mon bonheur dans un stand qui propose des sculptures s’inspirant de la forme naturelle du bois. C’est plutôt original et au moins chaque pièce est unique. Plus loin, je craque aussi sur une tête de springbok en papier mâché constitué d’emballages de thé Rooibos recyclés. Elle est magnifique mais à taille réelle donc assez imposante. Ça va être pratique dans l’avion 🙂

Pour notre dernier repas sur le sol namibien, nous choisissons une institution locale : Joe’s Beerhouse. Un resto fait de bric et de broc où on mange bien pour pas cher, avec une bonne bière pour faire couler. L’occasion de déguster un dernier et excellent steak de koudou.

Le gardien du parking est marrant comme tout. On discute un peu avec lui ; il a des idées bien arrêtées sur la politique et notamment le choix des français aux dernières élections présidentielles. Il nous apprend aussi que ça chauffe de plus en plus entre Trump et Kim Jong-Un. Malheureusement, nous avons écoulé toute notre monnaie et notre nourriture et n’avons rien à lui donner. Je m’arrange du coup avec la serveuse du resto pour qu’elle charge notre carte bancaire de 10 dollars de plus et qu’elle nous donne un billet en échange.

Puis nous parcourons les derniers kilomètres qui nous séparent de l’aéroport. L’avion est là, il nous attend. Je trouve une place pour ma tête de springbok, tout va bien. Le vol retour se passe aussi bien que le vol aller.

En conclusion, on peut dire qu’on a tout aimé !

Ce qu’Axel a préféré : les nombreuses rencontres animalières à Etosha, et en particulier le lion, l’ascension des dunes à Sossusvlei, la visite de l’école Peri Naua.

Ce que Léo a préféré : la rencontre avec les guépards à Lapa Lange Game Lodge (et ils le lui ont bien rendu !), trouver les éléphants du désert dans le Damaraland, la visite de l’école Peri Naua.

Laurent et moi avons du mal à dire ce qui nous a le plus plu. Evidemment, trouver les éléphants du désert reste pour moi un grand moment plein d’émotion qui va rester ancré dans ma mémoire. Ce sont des images que je n’oublierai pas. Nous avons aussi beaucoup aimé Ameib Ranch ; un lieu hors du temps, paisible, beau (je parle du paysage hein, pas des chambres !), offrant des possibilités de balades très chouettes. On a également tous adoré faire du kayak parmi les otaries à Walvis Bay, dévaler les dunes de Sossusvlei et chercher les animaux à Etosha. Si c’était à refaire, nous referions exactement le même voyage, en ajoutant toutefois 3 jours de plus pour traverser le Kaokoland et aller jusqu’à Epupa Falls.

 

Les enfants et les guépards d’Otjiwarongo

Nous avons préparé cette journée bien avant notre départ pour la Namibie. Aujourd’hui, nous allons visiter une école née du travail de bénévoles français qui ont créé l’association Peri Naua afin de venir en aide aux enfants défavorisés. Nous avons apporté dans nos valises des jouets et aussi des vêtements généreusement donnés par nos proches.

Pascal nous informe au petit-déj que nous avons rendez-vous à 10h avec Monique, la responsable de l’école, et Anne-Laure, la Présidente de Peri Naua qui vient tous les deux ans à Otjiwarongo et est présente en ce moment. Nous avons de la chance d’être aussi bien entourés !

On prend un petit café tous ensemble à Hadassa, puis nous partons dans le township où se trouve l’école. Le township – ici ils appellent ça aussi la location (prononcer à l’anglaise) – est l’endroit ou vit la majorité de la population noire et notamment les personnes défavorisées. Les maisons sont en argile, en briques ou en tôles mais il ne faut pas croire que celles en tôles sont plus pauvres que les autres. La tôle bien brillante est à la mode ! Pourtant il n’y a pas pire pour se protéger de la chaleur de l’été et de la froideur des nuits de l’hiver austral… Mais revenons-en à Peri Naua. Dès que nous passons le portail, une nuée d’enfants joyeux nous accueille en nous enlaçant ! Nous sommes surpris par leur spontanéité. Ils ne sont pas timides du tout et nous adoptent tout de suite. Axel et Léo ont beaucoup de succès avec les flacons à bulles que nous avons apportés et de mon côté, je fais fureur avec mon Polaroïd !

L’une des institutrices nous fait visiter les classes et les enfants nous chantent des chansons après la récréation. Nous passons un moment merveilleux en leur compagnie.

L’école n’étant obligatoire qu’à partir de 6 ans, il n’existe que des jardins d’enfants privés pour les plus petits. Il n’y a pas d’école maternelle publique. L’objectif de Peri Naua est de donner une éducation aux enfants défavorisés, notamment de leur apprendre les bases en anglais pour pouvoir suivre ensuite à l’école primaire et avoir les mêmes chances de réussite que les autres. Et j’espère bien qu’ils réussiront tous ces bout’choux adorables !

Anne-Laure, accompagnée de Thomas qui fait son service civique à l’école Peri Naua,  nous montre ensuite la bibliothèque créée par l’association. Leur travail est vraiment louable et nous avons envie de continuer à les aider après notre retour en France.

Pascal a du partir faire des courses donc nous ramenons Anne-Laure en ville. Le temps est passé très vite et nous n’avons pas le temps de déjeuner ce midi. Nous filons au Cheetah Conservation Fund – CCF pour les intimes – qui s’occupe de la préservation des guépards et de leur réintroduction dans la nature (rarement possible). Ils nourrissent une partie des animaux à 14h et nous avons 45 minutes de route, alors on ne traine pas… Sauf quand un troupeau de vaches décide de nous ralentir !

Les gamelles sont prêtes à être distribuées. Chacun la sienne car les morceaux de viandes sont choisis en fonction des besoins de l’animal : avec os pour les jeunes, sans os pour les vieux !

Après le repas des guépards, nous partons avec un guide pour un drive dans les enclos afin de voir d’autres guépards. Ils sont affalés au sol sous les arbres et ne bougent pas. Heureusement qu’il y a deux jeunes enfants dans le véhicule avec nous ; comme ils sont petits comme des springboks et remuants comme des lapins, ils attirent l’attention des guépards qui se lèvent pour venir les renifler de plus près !

Nous aurions clairement préféré faire l’activité Run (on est à pied dans l’enclos et on voit les guépards courir après une fausse proie) mais Axel était trop jeune pour y participer. Dommage.

En retournant vers Otjiwarongo, nous croisons un steenbok (raphicère) pour la première fois du séjour. On aurait pu en voir à Etosha mais… on n’en a pas vu ! Ces petites antilopes sont super jolies avec leur tête fine, leurs grands yeux et leurs oreilles disproportionnées nervurées de noir.

Il faut faire gaffe aux phacochères, il y en a plein sur le bord de la route et ils coupent devant les voitures sans crier gare.

On passe une partie de la soirée à discuter avec Anne et Pascal et les enfants jouent avec les chats. Zou, le plus petit des chats, fatigué de sa journée vient s’endormir dans le gilet d’Axel. Il y passe toute la soirée et le temps du dîner :-))

Voilà, c’est fini. Ce soir il faut ranger les sacs et les valises pour le retour demain à Windhoek. La nostalgie s’installe déjà.

D’Etosha à Otjiwarongo

Comme nous ne pouvons pas retourner dans le parc d’Etosha (snif !), nous profitons de notre lodge qui est vraiment très bien. On est loin de la rusticité d’Ameib Ranch !

Des antilopes se baladent sur les pelouses et des mangoustes rayées creusent un terrier dans le sable en face de notre chambre. On voit même un dik-dik de Damara mais cette petite antilope (la plus petite du monde) est très craintive et s’enfuit avant qu’on ait le temps d’attraper un appareil photo.

Comme on a du temps avant de rejoindre Otjiwarongo, nous décidons de faire un détour pour voir la plus grande météorite du monde : la météorite d’Hoba. Côté mensurations, elle mesure 3 mètres de large sur 1 mètre de haut, elle pèse 60 tonnes et est composée à plus de 80% de fer et 16% de nickel. Elle est tombée en Namibie il y a 80 000 ans et date d’environ quatre milliards d’années.

On a mis Axel devant pour l’échelle. Vous constaterez au passage qu’il a toujours autant de mal à assortir les couleurs de ses vêtements 😉 :

C’est assez bizarre car un camping a été aménagé tout autour de la météorite. On voit des barbecues un peu partout. Nous profitons de la pelouse aménagée de tables et chaises pour pique-niquer.

Sur la route, nous rencontrons plusieurs barrages de police. Nous sommes dimanche et il y a beaucoup de circulation mais les files d’attente ne sont pas trop longues. L’un des policiers semble étonné et demande à Laurent son âge sur la photo de son permis. Il est mort de rire en voyant la tête qu’il avait à 18 ans 🙂

En arrivant à Otjiwarongo, nous sommes chaleureusement accueillis par Anne et Pascal qui tiennent Hadassa Guesthouse depuis un an. Nous allons passer deux nuits ici et sommes ravis de pouvoir échanger avec eux sur ce fabuleux pays. Les garçons s’amusent avec les deux chats de la maison qui sont trop craquants et super joueurs.

Nous dinons au restaurant Casa Forno. Les portions sont très copieuses et le prix très doux !

Le Roi Lion à Etosha, suite et fin

Ce matin, en faisant le check-out à la réception, je jette un oeil au cahier dans lequel les gens peuvent inscrire ce qu’ils ont vu comme animaux notables (genre y’a pas les antilopes ni les zèbres ni les girafes !) et où ils les ont vus. Je découvre alors avec stupéfaction qu’un lion a été vu hier à 7h15 au point d’eau de Goas. Mais on y est allé à Goas hier et il n’y avait pas une seule voiture et peu d’animaux ! Étrange…

Comme de toute façon c’est sur notre route puisque nous devons rejoindre Namutoni, on y va. Un lion peut rester assez longtemps au même endroit s’il a mangé alors on croise les doigts.

En arrivant à Goas, nous comprenons qu’hier nous ne sommes pas allés assez loin. Le chemin contourne le point d’eau qui est en deux parties et nous nous sommes arrêtés au premier parking. Grossière erreur !

On voit plusieurs voitures face aux arbres derrière le point d’eau. Bon, a priori, le lion est toujours là. Reste plus qu’à se trouver une place entre les autres voitures. On arrive à se faufiler et là… Wahou !!!!!!! Un beau mâle avec une énorme crinière se prélasse sous un arbre. On a trouvé notre Roi lion ! Du coup, on passe la matinée à guetter le moindre de ses mouvements et le moins qu’on puisse dire c’est que ça dort beaucoup un lion !!!!! Il n’y a que quand un couple de chacals approche un peu trop près ou qu’un oiseau, genre grosse pie, vient grappiller un bout de son repas qu’il daigne se lever.

On le distingue mal à gauche sur la dernière photo mais, en réalité, notre lion veille sur une proie qu’il a dû chasser avec ses acolytes qu’on aperçoit plus loin. Ils sont partiellement masqués par des branches mais on voit bien la crinière d’un jeune mâle et la tête d’une lionne. Trop loin cependant et trop à l’ombre pour prendre des photos correctes. Quant à la proie, on hésite entre un éléphanteau et un rhino : c’est gris, c’est gros mais on ne voit pas la tête.

Nos voisins de voiture nous donnent un indice et nous font bien rire au passage ! Ils nous disent qu’hier, ils ont vu le lion au même endroit et qu’il faisait la sieste avec un rhino. On leur répond : la sieste ? vous êtes sûrs ??? Il y a bien toujours un gros truc gris couché à côté de lui mais il a l’air un peu mort, non ? Si regardez, on voit les tripes qui sortent…
On n’est pas chez Walt Disney là, à Etosha, les lions ils les bouffent les rhino, ils ne s’en font pas des copains !

Pendant ce temps, trois gros éléphants sont arrivés derrière nous et prennent un bain.

Le bain des éléphants à Etosha from Virginie MORIN on Vimeo.

Bon, c’est bien beau tout ça mais on doit avancer un peu si veut rejoindre Namutoni Gate avant la nuit. Et nos adorables voisins de voiture nous ont dit d’aller au point d’eau de Kalkheuwel car ils y ont vu plein d’éléphants. Cette fois, on veut bien les croire 😉

Et en effet, il y a un grand troupeau d’une vingtaine de pachydermes. Des petits qui jouent, un bébé qui tète sa mère, des jeunes qui testent leur virilité en faisant mine de charger sur les voitures et sur les girafes, des mâles immenses qui surveillent tout ce petit monde… C’est un véritable spectacle à la fois drôle, captivant et émouvant. Les garçons se marrent car, le bébé étant toujours derrière sa mère, à un moment elle lui fait caca sur la tête (on le voit sur les 3e et 4e photos). Pauvre chou !

Un bel oiseau multicolore en route : le rollier.

Et aussi le Zazu du Roi Lion, un calao à bec jaune. Remarquez au passage les épines monstrueuses des acacias. Je ne sais pas comment font les girafes pour réussir à manger les feuilles sans se piquer la langue !

Au point d’eau de Chudob, j’arrive enfin à voir une girafe en train de boire. Elles sont trop marrantes quand elles écartent les pattes pour pouvoir atteindre l’eau. Etre grande, c’est bien pour manger les acacias mais pas hyper pratique pour boire au ras du sol !

Vous avez vu Pumbaa, le phacochère ?

La girafe du fond chope un truc par terre et le garde dans sa bouche. On dirait qu’elle fume une cigarette ! En fait, les girafes sucent des os qu’elles trouvent au sol ; ça leur apporte du calcium. Beurk !

C’est alors qu’on aperçoit un éléphant solitaire – un grand mâle – qui sort d’un bosquet. Il se dirige vers le point d’eau mais s’arrête à mi-chemin puis bifurque vers le parking. Tout en continuant à observer les girafes, on garde un oeil sur lui. Il s’approche au bord du parking où sont stationnées deux voitures. Tout à coup, il s’énerve après elles en barrissant. La démonstration d’autorité est suffisamment convaincante pour que les deux véhicules prennent la poudre d’escampette ! Impressionnant ! Avec ses grandes oreilles et sa stature, l’éléphant d’Afrique en impose vraiment.

Éléphant en colère à Etosha from Virginie MORIN on Vimeo.

On termine notre visite d’Etosha en faisant le tour du Fisher Pan où nous croisons encore deux gros éléphants, dont un qui traverse la piste devant nous, des girafes, des gnous et deux rolliers.

On doit sortir du parc pour rejoindre notre lodge de ce soir. Je me prend la tête avec la ranger à la sortie du parc car je pensais pouvoir retourner dans le parc demain matin mais elle m’affirme que si on sort, il faudra repayer pour entrer à nouveau. Pourtant, nous sommes le 22 juillet et j’ai payé le 20 juillet à 11h15 un permis pour 3 jours (3 x 24h), donc censé être valable jusqu’au 23 à 11h14 ! Oui mais comme on sort, le permis n’est plus valable ! Ça m’énerve parce que j’ai bien précisé à la nana peu aimable qui m’a fait payer à Okaukuejo que nous passions la 3ème nuit à l’extérieur du parc. Alors pourquoi m’a t’elle fait payer pour 3 jours ?!?! Finalement ça ne m’étonne pas plus que ça car elle ne m’écoutait qu’à moitié, se retournant sans arrêt pour parler avec sa collègue. Les salariés du NWR sont les seules personnes désagréables auxquelles nous avons été confrontés jusqu’à présent.

Heureusement, notre lodge pour la nuit, le Mokuti Etosha Lodge, est top. Super beau et le buffet du dîner est énorme et très varié. On se régale. Et ici le personnel est très avenant.

Etosha : on peaufine le casting !

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas

Laurent a mal au dos à cause des pistes défoncées, donc aujourd’hui c’est moi qui conduis. Nous partons d’Halali avec nos lunch-packs pour midi, bien décidés à compléter notre casting de stars sauvages. Ben faudra repasser un autre jour pour voir des bêtes ! Il doit y avoir un colloque sur un sujet hyper important auquel tous les animaux d’Etosha ont été conviés… Même les springboks qui se comptent habituellement par centaines ont déserté les plaines !!!

A Homob, Sueda, Salvador, Rietfontein, etc… Y’a presque personne !

Pourtant cet arbre si joli au bord du Pan d’Etosha aurait été tellement plus intéressant avec un lion rugissant en-dessous…

Dans la matinée, on voit juste quelques zèbres et un grand koudou mâle avec ses belles cornes torsadées :

 

On se console en photographiant les écureuils espiègles qui attendent les miettes de notre repas au point d’eau de Moringa qui est occupé par seulement 3 zèbres.

En milieu d’après-midi, on sent une légère amélioration dans notre quête lorsqu’au détour d’un virage, une girafe nous toise de toute sa hauteur au bord de la piste.

Et en effet, juste après un troupeau d’une vingtaine d’éléphant traverse la savane.

En fin de journée, même le plus simple ou le plus moche des animaux (là clairement le gnou peut se sentir visé ! Cet animal n’a pas été gâté par la nature !) paraît beau avec la lumière dorée du soleil qui décline dans le ciel.

L’oryx est l’animal emblématique de la Namibie, il figure sur le blason du pays.

Saviez-vous que le chacal est un animal hyper obéissant et respectueux des règles ?

Comme le point d’eau de Rietfontein nous a gâtés hier soir, on décide d’y retourner. Sur la route, un rhinocéros traverse la piste devant nous. On dirait que les mouches ont changé d’âne et que la chance nous sourit finalement !

Comme nous sommes garés sur le côté avec les warnings, un autre véhicule s’arrête. On leur montre le rhino mais il disparaît déjà dans les herbes hautes. Pas toujours évident d’être au bon endroit au bon moment.

A Rietfontein, il n’y a que des zèbres et des springboks – les pauvres, après 2 jours on ne les calcule même plus – donc on fait demi-tour pour retourner à Halali avant le coucher du soleil (après le portail ferme et il est interdit de circuler dans le parc). Sur le chemin, un autre rhino traverse la piste dans l’autre sens que celui de tout à l’heure ! On peut être sûr que ce n’est pas le même car ce dernier a la corne coupée (mesure anti braconnage pratiquée par les rangers).

Au point d’eau d’Halali, la présence animale est fidèle au thème de la journée : « animaux absents pour cause de…? » Il y a que dalle ! Ah si, deux zèbres. On regarde le soleil se coucher et on va dîner (la photo est faite à l’iPhone, la définition est pourrie mais on voit bien qu’il n’y a rien !).

Laurent et moi retournons au point d’eau après avoir mangé : rien, nada ! Ah si, deux chacals. Et pis c’est tout.