De Paris à Vientiane

Jeudi 18 octobre : comme nous devons être à CDG à 9h demain matin, nous partons sitôt après le boulot pour Paris. Le bouclage des valises s’est fait un peu à l’arrache, j’espère qu’on n’a rien oublié… Cette fois, on prend soin de vérifier dans quel hôtel Laurent a réservé pour ne pas passer pour des imbéciles (cf. le début du voyage en Floride).

Vendredi 19 octobre : nous quittons notre hôtel de Roissy à 8h30 et allons nous garer au parking P1. Nous récupérons nos documents de voyage au guichet du TO, puis allons prendre le petit-déj après s’être enregistrés et avoir passé les contrôles. Notre avion est un A380 de la Singapore airlines. Le vol se passe super bien mais comme c’est un vol de jour, on trouve le temps un peu long… En revanche, la compagnie est super et le service à bord irréprochable.


Samedi 20 octobre – Arrivée à Vientiane

Il est un peu plus de 13 heures. Après une correspondance à Singapour et une escale dans le tout petit aéroport de Luang Prabang, nous arrivons enfin à Vientiane après 18 heures de vol. L’aéroport de Vientiane n’est pas bien grand et ne reçoit pas énormément de trafic donc la récupération des bagages est rapide, d’autant plus que notre avion n’est pas grand non plus donc il y a peu de passagers à débarquer.

On enchaîne directement avec le repas de midi dans un resto assez moyen qu’on s’est empressé d’oublier.

Nous avons très peu dormi dans l’avion, on se déplace en mode zombie ! Mais on arrive à mobiliser un bout de cerveau encore disponible pour la visite de Vientiane.

Il y a quelques jours, Léo m’a demandé quel était le programme du voyage. Il s’inquiétait du nombre de temples que nous allions visiter car, à Bali, il en avait un peu marre de visiter des temples tous les jours ! Je l’ai rassuré en lui disant que ce voyage au Laos serait plus varié… en omettant de lui parler de ce premier jour à Vientiane ! Ça commence mal pour lui car on visite deux temples – Vat Sisakhet et Vat Phra Keo – et le Pha That Louang, monument bouddhique emblématique du Laos (Ok, ce n’est pas un temple mais pour les enfants c’est tout pareil !).

Le premier, Vat Sisakhet, est d’influence siamoise et présente une coursive qui entoure le temple et dont les murs sont couverts d’alvéoles dans lesquelles les fidèles ont disposé de petits bouddhas deux par deux. Il y en a plus de 2000 (je fais confiance au guide, je n’ai pas recompté) ! Il est le seul temple de Vientiane à n’avoir jamais été détruit par les envahisseurs siamois, probablement grâce à son architecture. Ils n’allaient quand même pas détruire un monument religieux construit suivant leurs traditions.
La plupart du temps, on est autorisé à prendre des photos à l’extérieur mais pas à l’intérieur des temples. Dans tous les cas, il faut se déchausser pour y pénétrer et porter des vêtements qui couvrent les épaules et les genoux. Visiblement, ma jupe n’est pas assez longue et une gardienne me réprimande en me disant de mettre un sarong alors qu’on ne voit pas mes genoux et que d’autres touristes sont en short ! Ma tête ne doit pas lui revenir !

Le second temple, Vat Phra Keo, juste en face du premier, est magnifique, avec des dorures partout. Les immenses portes en bois sculpté ont d’ailleurs été exposées à l’Expo Universelle à Paris en 1937. Ce n’est pas un simple temple mais un monastère palais, construit pour abriter le bouddha d’émeraude piqué au Royaume de Siam et que les siamois (Thaïlandais) ont récupéré et ramené à Bangkok après la défaite de l’armée Lao en 1779. Depuis, le fameux bouddha est toujours à Bangkok, dans le temple Wat Phra Kew.
Sur le détail du pignon, on voit un éléphant à 3 têtes qui représente les 3 anciens Royaumes du Laos.
Dans la culture bouddhiste, les nagas sont des serpents qui représentent la protection ; on en voit dans quasiment tous les temples ou monuments bouddhistes, au pied des marches de la salle de prière ou entourant bouddha.
Le Pha That Louang, qui est le symbole de l’unité nationale, est le plus beau. Il a été construit en lieu et place d’un ancien temple Khmer. On ne peut pas y entrer mais rien que de l’extérieur on en prend plein les yeux. En plus, en fin de journée, la lumière est idéale pour mettre en valeur le stupa doré et le grand bouddha couché. Il y a une soixantaine de positions connues de Bouddha. Couché, il est mort et part pour le nirvana.

Nous avons été surpris par Vientiane qui est une petite capitale paisible. On s’imaginait une ville grouillante, odorante et bruyante mais au contraire, c’est assez tranquille.

Inutile de vous dire qu’on n’a pas fait long feu en rentrant à l’hôtel après le resto !

Laisser un commentaire